koko

Koko : découverte TripAfrique

Pas loin de la grande mosquée de Korhogo se trouve le quartier appelé koko, on le nomme aussi le quartier des sculpteurs. C’est l’endroit le plus spectaculaire de Korhogo, avec le marché.

Comme dans beaucoup de régions montagneuses de l’ouest ivoirien, les masques et les statues font partie du quotidien des populations. Nous irons voir les sculpteurs.

Korhogo est la quatrième ville de la Côte d’Ivoire, en nombre d’habitants et pour son poids économique.

Korhogo

Korhogo se trouve au Nord de la Côte d’Ivoire à environ 600 km d’Abidjan, la capitale économique. Elle est à 500 km de Yamoussoukro, la capitale politique.

Korhogo est le chef-lieu du District des Savanes. Elle est aussi Frontalière du Mali et du Burkina Faso.

La ville Korhogo compte plus de 220 000 habitants. La population de Korhogo est composée en majorité des peuples sénoufos et malinkés. En langue sénoufo, Korhogo signifie « héritage ».

Les Sénoufos parlent le Séné, les autres langues parlées sont : le français et le malinké.

Pour se rendre à Korhogo

koko-carte

L’avion

Pour se rendre à Korhogo, le moyen le plus rapide est l’avion.

L’aéroport de Korhogo est équipé d’une piste bitumée mesurant plus de 2 km. L’aéroport reçoit des vols intérieurs de la compagnie Air Côte d’Ivoire. TripAfrique a bien sûr négocié pour ses clients des tarifs avantageux. Le trajet Abidjan-Korhogo dure environ 2h30.

Le bus

On peut bien sûr aussi opter pour le bus, TripAfrique a noué des alliances avec des opérateurs locaux pour vous emmener en bus. Vous pourrez ainsi voyager en toute sécurité dans des bus climatisés. Des bus de différentes compagnies partenaires de TripAfrique assurent des voyages réguliers de Korhogo vers d’autres villes ivoiriennes.

TripAfrique vous proposera plusieurs formules pour vous rendre à Korhogo. Soit directement ou alors en faisant quelques escales dans des endroits sélectionnés pour leur particularités. On pourra s’arrêter par exemple à Yamoussoukro ou à Bouaké.

Le voyage pourra prendre un jour ou plus en fonction de vos souhaits. Dans tous les cas TripAfrique vous garantit des conditions de voyages irréprochables. Les bus qui vous transporteront ont tous été testés par les équipes de TripAfrique et répondent à vos exigences.

La sécurité et le confort de ses clients (bus récents et climatisés) sont vraiment les priorités de TripAfrique.

Le climat Soudanien de Korhogo

Il y a deux saisons : la saison sèche est plus grande que la saison de pluie

Le climat est très chaud et très sec avec, en décembre et janvier, l’Harmattan qui est considéré en Afrique comme un « vent mauvais », aux conséquences sanitaires importantes chez les autochtones, et donc à prendre en compte par les touristes.

L’Harmattan, un vent très sec, qui vient du Sahara chargé de poussière et de sable.

C’est un vent puissant, qui abaisse sensiblement les températures.

La faune

koko-faune

Dans la région on trouve les calaos, ces animaux fétiches des sénoufos.

Il y a aussi des :

  • Babouins
  • Guenons
  • Phacochères
  • Potamochères
  • Perdrix
  • Francolins
  • Antilopes
  • Agoutis
  • Margouillats

La flore

koko-gros-arbre

La végétation de la région, est celle de la savane arborée que l’on nomme aussi la Savane ouest soudanienne. Les arbres et les arbustes, ont une hauteur comprise entre 7 et 15 m.

Les arbres que l’on rencontre :

Ceux à fleurs tropicaux :

  • Frangipaniers
  • Bougainvilliers
  • Acacias
  • Ananas roses
  • Orchidées

Et les autres :

  • Flamboyants
  • Hibiscus
  • Baobabs
  • Anacardiers
  • Nérés
  • Karités « arbres miracle »
  • Le fromagerkoko-fromager

Cet arbre doit son nom au fait qu’il était utilisé dans la confection des boîtes de fromages. On l’appelle parfois piroguier, car son emploi est fréquent dans la construction de pirogues.

Il faut savoir qu’au début du XX ème siècle, les forestiers venus des colonies ont planté énormément de fromagers dans toute l’Afrique. A l’époque, l’exploitation du kapok (le kapok, est une fibre végétale issue des fruits). C’est pour cette raison que fromager est aussi appelé kapokier.

C’est une fibre très légère réputée pour son imperméabilité et son imputrescibilité

Jusqu’au début des années 1960, la Côte d’Ivoire exportait le kapok, aujourd’hui, seul le bois se commercialise à l’export.

Le bois du Fromager est très prisé pour la confection de contreplaqué, cageots …

Le bois est de couleur blanc crème, localement il est très utilisé par les artistes sculpteurs.

  • Le teck

koko-teck

Les tecks ont un tronc droit et cylindrique, son diamètre peut atteindre plus de 1,5 m et sa hauteur peut dépasser les 30 m.

Le teck est très apprécié des ébénistes et des sculpteurs pour son grain serré et fin. Ses propriétés en ont fait un bois très recherché pour la construction navale.

Il est aussi souvent utilisé pour la fabrication de meubles et de parquets surtout d’extérieur. 

L’art Africain

Les différentes civilisations africaines ont toujours que la fonction était plus importante que la forme.

Cela signifie que la beauté n’est pas recherchée en tant que telle. L’art africain appelé aussi art premier, désignes des objets usuels ou culturels qui ne sont plus sacrés ou plus utile, sont exposés et/ou vendus comme pièces de collections. Vous trouverez par exemple à Korhogo, des chaises et des portes sénoufos.

La beauté de leur décor et leur style en font de véritables pièces de collection pourtant leur usage premier était utilitaire.

Koko, le quartier des sculpteurs

koko-sculpteurs

Tout un quartier de la ville de Korhogo, le quartier Koko, regroupe de nombreux sculpteurs qui travaillent le teck ou le bois de fromager pour en faire des œuvres d’art.

Les œuvres exposées à Koko sont le reflet du dialogue permanent avec les esprits de l’au-delà.

Sur différents supports de bois sculptés, des figurines, des visages, nous démontrent les différentes et obscures actions du sacré au sein de la vie quotidienne.

La sculpture est devenue pour certains un témoignage du passé, tellement que pour beaucoup, la sculpture est vraiment un second langage.

koko-masque

Le quartier Koko est constitué d’un ensemble de petits ateliers qui souvent sont composés de deux pièces. Une première pièce où sont exposées les reproductions et œuvres personnelles des sculpteurs locaux :

  • Masques
  • Statuettes
  • Cannes
  • Grands calaos
  • Portes
  • Sièges

Dans la deuxième pièce, on y trouve souvent « la réserve » ici sont entreposées des antiquités et des sculptures volontairement vieillies.

Votre visite pourra vraiment être très riche et intéressante si vous commencez à discuter avec les sculpteurs.

Ils se feront un plaisir de vous raconter l’histoire de ces mystérieux masques, ils répondront avec beaucoup d’enthousiasme à vos questions.

Vous pourrez juger de la fierté des sculpteurs qui vous présenterons leurs œuvres merveilleuses et chargées de mysticisme. TripAfrique vous recommande vivement de prévoir du temps pour dialoguer avec les artistes de Koko vous apprendrez ainsi beaucoup sur l’Afrique.

Conclusion

Korhogo et son quartier Koko est vraiment une destination que l’on vous conseille. En effet la visite de cette ville et de ce quartier vous éclairera sur la culture ivoirienne. Le dialogue avec les artistes et sculpteurs locaux vous apprendra énormément sur l’art africain.

Vous comprendrez le mysticisme, le dialogue avec les esprits, la notion de fonction plus importante que la beauté de l’œuvre…

Surtout n’hésitez pas à nous faire parvenir vos photos et commentaires sur notre blog.

En effet chaque expérience est unique. La diversité des témoignages ne peut qu’encourager à la découverte de la Côte d’Ivoire et du quartier Koko en particulier.

Crédit images : wikipediamarcalaindanielparti ecologique ivoirienafrique-sur7.francrenciel.netmasque-africain.commeuble-magazine.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *