Archives de catégorie : Transport

Les transports en Côte d’Ivoire : évitez l’attente

Les transports en Côte d’Ivoire sont très bons ! La Côte d’Ivoire est probablement le pays d’Afrique de l’ouest où les infrastructures de transport sont les plus développées. Malgré cela, il n’est pas toujours aisé d’éviter les écueils que nous réservent les transports en commun. Lisez cet article et vous saurez tout sur les transports en Côte d’Ivoire !

Les transports en Côte d’Ivoire bénéficient d’un réseau routier dense et bien organisé

les transports en Côte d'Ivoire - réseau routier
Réseau routier

Le réseau routier ivoirien compte 75 500 km de routes en terre, 6 500 kms de routes bitumées, et 224 kms d’autoroutes et 4 000 kms de routes urbaines, surtout concentrées à Abidjan. Toutes les grandes villes du pays comptent au moins une compagnie de bus qui la relie quotidiennement à Abidjan.

L’UTB (originaire de Bouaké), et la STIF (originaire de Daloa) sont les deux compagnies les plus connues. Ces deux compagnies vous permettront de voyager de façon économique à travers tout le pays.

Si vous souhaitez vous rendre dans les pays limitrophes, la STIF assure également des liaisons avec les le Ghana, le Bénin et le Togo. Si vous souhaitez vous rende au Burkina Faso, la compagnie sans Frontières relie Yamoussoukro à Bobo-Dioulasso et Ouagadougou. Vous pourrez partir d’Abidjan, de Bouaké, de Daloa et de San Pedro.

Vous trouverez à Adjamé (quartier d’Abidjan nord), la plus importante gare routière du pays, qui est en fait un immense complexe où chaque compagnie à sa propre gare. Au départ d’Adjamé les lignes de bus desservent l’ensemble de la Côte d’Ivoire. Plus au sud, la gare routière de Treichville offre elle aussi bon nombre de destinations.

Se déplacer dans Abidjan

les transports en Côte d'Ivoire - bus
Bus

Pour les déplacements dans Abidjan, la compagnie SOTRA (Société des transports Abidjanais) dispose de plusieurs centaines d’autobus reliant les différentes communes et quartiers d’Abidjan. Une situation de quasi-monopole de la SOTRA qui malheureusement ne fait pas le bonheur des usagers qui ne bénéficient pas toujours du meilleur service.

Le plus frappant pour les étrangers non avertis, c’est la vue de ces bus bourrés à craquer, le spectacle de ces files d’attente interminables aux arrêts des autobus. Des queues qui parfois serpentent sur plusieurs dizaines de mètres.

Les bus de la SOTRA sont appelés les « Gool » ou les « gros porteurs » qui malgré tout restent le moyen de transport privilégiés des Abidjanais. Ces bus transportent près d’un million de passagers chaque jour. Un tel trafic fait de la SOTRA un des leaders dans le domaine du transport urbain en Afrique de l’ouest. Si par malchance, vous vous trouvez dans le bus 81 (l’une des lignes de bus les plus fréquentées) aux heures de pointe, vous pourrez vérifier les failles dans l’organisation de la SOTRA.

Les alternatives aux bus officiels

Les bateaux-bus

les transports en Côte d'Ivoire - bateaux-bus
Bateaux-bus

Si le bus vous rebute, vous pourrez opter pour le transport lagunaire en bateaux- bus sur la lagune Ébrié, ce transport est effectué soit par la Société SOTRA ou par des pinasses privées. Les gares lagunaires les plus connues sont :  lagunaire du Plateau, Treichville, Abobo-Doumé et Cocody-Blokaus.  Les bateaux-bus, de la société de la SOTRA sont équipés de toutes les commodités : canots de sauvetage, et personnel qualifié. Les pinasses, elles sont artisanales, même si depuis des années, elles sont motorisées, la qualité de leurs équipements reste aléatoire.

Si vous séjournez à Abidjan ne faites pas l’économie d’une traversée de l’agglomération sur la lagune, vous en garderez un excellent souvenir.

Le taxi-compteur

les transports en Côte d'Ivoire - taxi compteur
Taxi compteur

A Abidjan, le taxi compteur est un moyen rapide pour se déplacer. Les taxis compteurs d’Abidjan et de Bouaké sont reconnaissables à leur couleur orange, à Yamoussoukro la couleur est blanche avec des bandes vertes et orange.

Il existe aussi les emblématiques taxis collectifs appelés wôrô-wôrô.

C’est l’appellation des taxis communaux et intercommunaux à Abidjan. Leur nombre avoisinerait les 10000, ils desserviraient environ 200 lignes. La part des wôrô-wôrô dans le transport urbain, n’est pas à négliger, ce n’est pas moins de 300.000 voyageurs qui utilisent ce moyen de transport quotidiennement.

Malgré le mauvais état de ces taxis souvent d’occasion et leurs conducteurs aux comportements parfois imprévisibles, on retrouve le wôrô-wôrô partout. Dans ce cas aussi, le conducteur cherche à remplir la voiture avant de partir. Les « wôrô-wôrô  » fonctionnent sur des lignes régulières, ils se rassemblent dans des gares souvent improvisées près des grands axes de circulation, à des carrefours attractifs, aux abords des marchés, partout où il y a de la fréquentation ou de l’animation.

Le wôrô-wôrô ont des couleurs différentes suivant leur commune d’appartenance, par exemple le bleu pour la commune de Yopougon, le jaune pour la commune de Cocody, le blanc beige pour Abobo, et le vert pour Adjamé, Attecoubé, Marcory et Koumassi….
Les wôrô-wôrô ont une capacité de cinq à six places.

Le taxi-compteur - wôrô-wôrô
wôrô-wôrô

Les gbakas ou badjans (taxi-brousse)

Le taxi-brousse ce taxi collectif interurbain fait un peu partie des clichés et du folklore de l’Afrique. D’une capacité de six à quinze personnes, parfois plus, sachez qu’il ne partira que lorsque toutes les places seront vendues, les horaires sont donc très fluctuants.

La couleur et la décoration des taxis-brousse vous laisseront parfois sans voix, en effet l’imagination de certains propriétaires font de leur outil de travail de véritables œuvres d’art !

Les gbakas, ces minibus qui relient Adjamé aux communes de Cocody, Yopougon, attécoubé, Abobo. Ils sont facilement reconnaissables. Leur capacité est comprise entre 18 et 32 places. Souvent leur carrosserie est très fatiguée, leurs pneus usés, les phares brisés…

Malgré tout, ces véhicules sont incontournables et font vraiment partie de l’histoire des transports en Côte d’ivoire, plus de 700 000 passagers sont transportés quotidiennement d’une commune ou d’un quartier à un autre par leur biais. Les gbakas assurent des départs fréquents vers les plus grandes villes du pays. Le gbaka est aussi utilisé pour les déplacements vers certaines localités périphériques d’Abidjan.

Ce transport est très utilisé, en raison de sa disponibilité et du manque de moyens financiers d’une certaine et nombreuse tranche de la population.Les communes de la région d’Abidjan sont toutes desservies par des lignes de gbaka. Les gbakas ont pour particularité d’être conduit maladroitement par des chauffeurs haut en couleur et d’un niveau scolaire néant. Ces chauffeurs sont appelés les frappeurs ou balanceurs conduisent les minibus tout en recherchant les clients et récupérant les titres de transport des passagers. Les conducteurs des gbakas sont parfois accrochés à la portière de leur voiture pour attirer l’attention des clients potentiels.

La patience est la première vertu des usagers des transports en Côte d’Ivoire

les transports en Côte d'Ivoire - attente
L’attente de bus

La solution idéale et la moins onéreuse pour voyager en Côte d’Ivoire est incontestablement le bus public, mais il faut s’armer de patience car la demande est toujours supérieure à l’offre. L’attente d’un bus, d’un train, d’un taxi est un moment vraiment très compliqué en Côte d’ivoire. Et cette attente en plus de donner le sentiment de perdre le contrôle de la situation, se fait généralement dans des conditions difficiles.

Les abribus laissent souvent à désirer, abris, ils n’en ont parfois que le nom, aucune possibilité de s’assoir pour les usagers. Le décor est souvent le suivant : des tables, des caisses, des bancs sales et cassés, des parasols, entassés les uns sur les autres, et les parois de l’abri sont la plupart du temps couvertes de publicités et autres journaux. Les clients qui patientent en attendant sagement le prochain hypothétique départ sont à la merci du soleil ou de la pluie. Souvent quand les conditions atmosphériques se dégradent les usagers doivent se réfugier dans les locaux environnants. Pas toujours aisé pour des étrangers qui ne connaissent pas tous les codes.


En Côte d’Ivoire le problème est la disponibilité des bus, leur nombre insuffisant rend leurs horaires aléatoires. Cette raréfaction des moyens de transport officiels est depuis longtemps à l’origine du développement de compagnies (de bus ou de taxis) d’opérateurs privés qui ne respectent pas toujours les règles les plus élémentaires. Les chauffeurs de ces véhicules travaillent de façon anarchique et plus ou moins légalement. C’est bien sûr le manque de bus qui a donné naissance aux wôrô-wôrô et aux Gbakas.

A l’arrêt, attendre pendant plus de 30 minutes n’a rien d’exceptionnel, l’attente peut parfois durer plus de 2 heures avant l’apparition d’un bus. Se retrouver dans la file d’attente à Abidjan peut parfois nécessiter de jouer des coudes pour faire et garder sa place.

Tous les matins et en fin de journée, des files d’attente interminables se forment aux gares, le phénomène est d’une telle ampleur qu’on ne sait jamais à quelle heure le bus va être en mesure de partir. Les causes des retards sont multiples, par exemple un bus prévu pour une cinquantaine de personnes peut en faire rentrer près du double, vous imaginez les problèmes inhérents à ce genre de situation et les retards qu’ils engendrent. Sans compter la mise en soute des bagages qui est un véritable casse-tête parfois. Où à l’inverse, dans certains cas pour des raisons évidentes de rentabilité, les chauffeurs attendent l’entier remplissage du bus avant de partir.


L’air dans les bus est même parfois irrespirable, tout le monde transpire, est la moiteur est à son comble dès le matin et ceci est encore plus vrai en fin de journée.

Notons tout de même que concernant le trafic inter urbain, l’ouverture à de nouvelles compagnies semble effective et le réseau des bus tend à se moderniser. De plus en plus de bus en effet sont climatisés et certains même embarquent la technologie WI-FI. Tripafrique par sa connaissance et son expérience du transport en Côte d’Ivoire sera en mesure de vous éviter certaines attentes qui peuvent parfois être vécues comme de véritables galères.

Il y a bien sûr des bus, des gares, des horaires à éviter et pour optimiser vos déplacements, la connaissance parfaite du réseau de transport est indispensable. Déjà avant votre départ nous vous conseillons de télécharger l’application Gbamé qui donne l’itinéraire des bus SOTRA à Abidjan. Pour un touriste, le mieux est de pouvoir confier l’organisation de son voyage et de ses déplacements à un partenaire fiable et sûre.

Conclusion TripAfrique

TripAfrique vous permet de préparer votre voyage en Côte d’Ivoire en ligne, vous réservez et payez en ligne, pas besoin de vous déplacer. Autre avantage en cas d’empêchement TripAfrique vous rembourse. TripAfrique connait parfaitement les différents moyens de transport Ivoiriens et vous fera ainsi bénéficier d’informations et « de tuyaux » utiles afin d’éviter les arnaques, les files d’attentes et les moyens de transport risqués.


TripAfrique c’est la simplicité, la tranquillité et assurément le secret d’un séjour réussi et économiquement imbattable grâce à des prix négociés à l’avance.

Confiance, professionnalisme, simplicité, tranquillité, sécurité voilà pourquoi TripAfrique est votre meilleur compagnon de voyage en Côte d’Ivoire.

Crédit images : fr.wikipedia.orgnews.abidjan.netlebabi.netbuzz-africa.combaobab-gourmantche.over-blog.com

Le transport en CI : le mode de transport préféré des ivoiriens

Les types de transport en CI

Le transport ferroviaire

Il est hérité de la colonisation et le chemin de fer long de 1260 km relie précisément la ville d’Abidjan en Côte d’Ivoire à celle de Bobo Dioulasso au Burkina Faso. Anciennement géré par la RAN (Régie Abidjan Niger), il l’est maintenant par la SITARAIL. Ses wagons facilitent le déplacement des populations et surtout des marchandises à travers les deux pays. L’Etat veut renforcer ce secteur par l’apport de moyens de transport ferroviaires modernes plus adapté au transport de masses.

Le transport routier

Comme le dit le proverbe : ʺ qui veut voyager loin ménage sa montureʺ. La Côte d’Ivoire, en matière de transport, a d’abord axé sa politique sur le développement d’infrastructures de qualité. En effet, l’état a pris conscience de cette nécessité,il a donc financé la construction d’infrastructures modernes et durables favorables au transport des biens et des personnes à l’intérieur du pays et au-delà de ses frontières. Ce sont d’ailleurs les meilleures de la sous-région ouest africaine.
Depuis lors le domaine du transport suit son petit bonhomme de chemin jusqu’à ce jour. Sa marche a été freinée pendant une période à cause des différentes crises qu’a connu le pays. Mais depuis la fin de celles-ci et notamment de la crise postélectorale, un bond qualitatif est constaté dans ce domaine.
Face à la dégradation avancée et au vieillissement des infrastructures de transport existantes, les nouvelles autorités ont mis en place un programme spécial de reconstruction du pays à travers la restauration, la réhabilitation et la construction de nouvelles infrastructures.
C’est ainsi qu’en peu de temps, plusieurs vastes chantiers dans ce domaine ont vu le jour. Tous les modes de transport sont passés en revue, le transport aérien, routier, fluvial et ferroviaire.

Le transport aérien

Il est assuré par de nombreuses compagnies qui gèrent les liaisons sous régionales et internationales. Au niveau national, c’est la compagnie Air Côte d’Ivoire qui dessert les villes de l’intérieur à savoir Bouaké, Korhogo et San-Pedro. A ces destinations s’ajoutent celles des pays voisins. Le trafic aérien est géré par trois aéroports internationaux : Abidjan, Yamoussoukro et Bouaké et deux nationaux Korhogo au Nord et San Pedro au Sud Est. Grace à des reformes aéroportuaires récentes, l’aéroport international Félix Houphouët Boigny (FHB) d’Abidjan Port-Bouet a été certifié TSA (Transport Security Administration) depuis le 10 Avril 2015.

Le transport en CI - avion
Le transport aérien

Le transport fluvial

Il s’étend essentiellement sur le plan d’eau lagunaire et est assuré principalement par la Société de Transports Abidjanais, la SOTRA. Elle relie grâce à ses bateaux-bus, les quartiers de Treichville, de Yopougon Abobodoumé et de Cocody Blockaus au Plateau. Le tarif est de 200 F CFA pour une balade agréable avec une belle vue d’ensemble sur la ville.  A côté de la SOTRA se trouvent des petites structures informelles qui exploitent aussi la lagune ébrié avec des embarcations communément appelées dans le jargon ivoirien « pinasses ». Contrairement aux bateaux bus de la SOTRA, ces embarcations ne se limitent pas seulement à la navigation lagunaire, elles rallient quelques quartiers du sud d’Abidjan par le fleuve Comoé. Le gouvernement envisagerait de mettre fin au monopole de la Société des transports Abidjanais (SOTRA) bientôt ce secteur connaitra la concurrence avec l’arrivée de nouvelles entreprises.
Selon l’AGEROUTE (Agence de Gestion des Routes) le réseau routier ivoirien s’étend sur près de 82000 Km, ce qui représente 50% du réseau de l’UEMOA (union économique et monétaire ouest africaine). 6514 km de routes sont bitumées dont 136 km d’autoroute. Cette longueur est revue à la hausse avec la livraison le 11 Décembre 2013, par les nouvelles autorités de l’axe Singrobo -Yamoussoukro distant de 86 km. 4513 km de routes internationales et régionales sont de classe A. 1745 de routes départementales de classe B.120 km de routes de Sous-préfectures et de village de classe C.

Le transport en CI : le mode de transport préféré des ivoiriens

Le transport en CI - mode préféré de transport
Le mode préféré de transport des ivoiriens

C’est le transport routier. En effet avec près de 82000 km de route toute classe confondue et en dépit du vieillissement du réseau routier environ 20 ans d’âge, il demeure le moyen prioritaire et préféré car c’est le seul qui permet de relier et rallier toutes les régions, villes et villages. Il est aussi le plus développé et représentait déjà 900 milliards d’investissement en 2014. C’est lui qui a favorisé l’éclosion des autres secteurs d’activité tels que le transport urbain et interurbain de personnes, de vivre et de non vivre Et comme le dit l’adage : « la route précède le développement »

Ce secteur a connu un bon qualitatif avec la réhabilitation et la construction de nouvelles infrastructures routières si bien que circuler en Côte d’Ivoire est devenu une partie de plaisir. Ceci dit certains tronçons routiers sont encore en chantier. La bonne nouvelle c’est que toutes les régions et villes, grandes ou petites restent accessibles à tous.

De nombreuses sociétés de transport ont fait de nouvelles acquisitions d’autocars confortables et agréables au voyage. L’ivoirien a maintenant le choix quand il veut partir en voyage à l’intérieur du pays. En effet une fois arrivé à la gare routière, il peut choisir entre un autocar neuf et confortable et un autocar vieillissant et en mauvais état. En dépit de ces acquisitions, le parc automobile ivoirien reste vieillissant dans l’ensemble. C’est d’ailleurs la cause de la plupart des accidents routiers.

En effet, avec une moyenne d’âge de plus de 20 ans, les véhicules deviennent des cercueils roulants pour les usagers des transports routiers en commun. La conséquence de ce fait, c’est la baisse de la rentabilité pour tous les opérateurs de ce secteur.
Alors face à ce problème épineux et aussi pour préserver la vie de ses citoyens et leur emploi respectif dans ce secteur, l’état à pris des mesures.

Le ministère du transport, a en effet décidé d’entreprendre des actions vigoureuses pour aider et accompagner les différents acteurs du secteur dans l’acquisition des véhicules neufs à bons prix.

Le transport en CI - les voitures neuves
Les voitures neuves

La prévision de renouvellement du parc automobile ivoirien porte sur l’acquisition d’environ 50.000 véhicules toutes classes confondues pour un montant global d’environ 750 milliards de FCFA sur 5 ans soit 150 milliards de FCFA par an. Les objectifs visés à moyen et long terme sont:

  • Equiper le domaine en véhicules neufs en vue de réduire les accidents dus aux défaillances techniques.
  • Accroitre la rentabilité des transports, lutter par la même occasion contre la pollution et régler une bonne fois pour tout le problème de santé publique liée à la production des gaz à effet de serre.

En réalité pour être plus efficace dans le domaine du transport en général et celui du transport routier en particulier, en plus des solutions proposées, une plateforme de gestion efficiente et informatisée s’impose. En la matière, la structure la mieux nantie reste TripAfrique.
En effet c’est la seule qui offre une solution complète qui prend en compte les aspects suivants :

  • La réservation et l’achat en ligne du ticket de voyage.
  • L’accès aux titres de transport à bas prix.
  • Les conseils aux usagers pour éviter les tracasseries liées au secteur (racket, vol, arnaque et attente interminable aux différents guichets.

Enfin c’est la compagnie TripAfrique qui propose la meilleure couverture géographique des moyens de transport.

Crédit photo : pmepmimagazine.infolebabi.netivoirtv.net

Transport en Côte d’Ivoire : comment voyager facilement

Vous souhaitez partir en Côte d’ivoire pour les vacances, mais vous êtes perplexe en pensant aux difficultés liées au transport en Côte d’Ivoire. Vous vous demandez comment voyager facilement.

Ce voyage vous permettra de souffler un peu, de renouer avec la famille, faire la fête avec les amis, voyagez à l’intérieur du pays, bref vous amusez à “gogo”. Vous êtes un Ivoirien de la diaspora ? Votre voyage est imminent ?

Ne vous inquiétez plus. En effet, je suis partie en vacances dernièrement au pays pour me ressourcer et je peux vous conseiller afin d’éviter les problèmes de transport.

I – Les services de transport en Côte d’Ivoire disponibles

Par car

Pour voyager facilement en Côte d’ivoire, le réseau routier est le plus fiable. Le transport en Côte d’Ivoire est dominé par des bus communément appelés “cars”. Nous avons plusieurs grandes compagnies comme UTB, STIF, STGB, UTRAKO, etc… Ces compagnies servent toutes les lignes nationales et même régionales. En fonction de l’affluence, elles ont des départs en moyenne chaque heure, ou chaque demi-heure. Les services commencent à 6h00 en général.Comptez en moyenne 5000 FCFA d’Abidjan à Bouaké pour un trajet de 4H environ et de 351 km.
Il faut également prévoir les arrêts au cours du trajet. Ce sont les barrages des forces de sécurités (douanes, eaux et forêts, gendarmerie) à l’entrée et à la sortie des grandes villes. Ils font le contrôle de l’identité des passagers et également le contrôle des bagages.

Faites attention aux minibus communément appelés “gbaka ” pour vous déplacer à l’intérieur du pays. Ils n’ont pas de gares et les problèmes de vols et d’insécurité sont leur lot quotidien surtout avec le règne des petits braqueurs communément appelés “microbes” les “gbaka” sont conduits par des chauffeurs souvent imprudents, moins qualifiés et ont de ce fait un taux d’accident routier très élevé.

transport en Côte d’Ivoire - en- attente-du-départ-Gare-UTB-Adjamé

Par Avion

Eh oui ! On peut se déplacer en avion maintenant en Côte d’Ivoire: le transport en Côte d’Ivoire à bien changé. Cela vous surprend ,normal ça fait un moment que vous avez quitté le pays et à l’époque, c’était quasi impossible pour l’Ivoirien lambda. http://news.abidjan.net/h/514586.html

Vous avez une compagnie aérienne Air Côte d’Ivoire qui effectue les liaisons entre Abidjan et les principales villes du pays. Depuis 2014, la compagnie a décidé de desservir des lignes nationales en plus des lignes internationales. Les tarifs variant de 45 000 FCFA à 65 000 FCFA. Ce n’est pas dans les habitudes des Ivoiriens de voyager par avion à l’intérieur du pays. Mais bon on espère que la nouvelle politique de Air Côte d’Ivoire va changer les habitudes.L’avantage avec les compagnies aériennes, c’est que le trajet est plus rapide et plus sûr.


transport en Côte d’Ivoire - Lancement des vols internes-Air -cote- d'ivoire

Par train

Le voyage par train en Côte d’Ivoire n’est pas du tout développé. Il est toujours dans l’état où vous l’aviez laissé quelques années auparavant. En général il est utilisé pour le transport des marchandises. Mais c’est à vous d’en juger.

II – Voyager facilement en Côte d’Ivoire en réservant en ligne

C’est maintenant possible au pays de réserver ses tickets en ligne avant de voyager, ce qui facilitera grandement vos déplacements. Le transport en Côte d’Ivoire est devenu simple !

J’ai passé des vacances très agréables en Côte d’ivoire la dernière fois, voici mon secret. Un secret que peu de personnes connaissent mais vous pouvez en parler autour de vous car ça permet vraiment de se déplacer sans soucis d’une ville à une autre.

Alors c’est TripAfrique : http://tripafrique.com/ mon petit secret. C’est une compagnie de voyage avec laquelle le paiement en ligne très fiable. Ils sont affiliés à toutes les compagnies de transports en Côte d’ivoire (car, avion, train) et couvrent toutes les villes du pays. On sait tous à quel point ça stresse de programmer des vacances au pays. Les courses à n’en plus finir pour les achats de cadeaux, les commissions des amis à prendre, faire les valises, etc… sans oublier nos propres obligations quotidiennes.

Alors, couchée dans mon lit, le soir en relaxant, j’en profite pour voir les différentes compagnies de car. TripAfrique a des contrats avec la majorité des compagnies de cars. Je choisis les compagnies de car (ma préférée est UTB), vérifie les prix avec d’autres compagnies sur le même trajet avant de boucler ma réservation et le paiement en ligne. Il faut dire que la différence est de 500 Francs CFA environ entre les grandes compagnies de cars et celles de second rang. Et je ne vais pas risquer ma vie pour 500 Francs CFA, vous non plus, n’est-ce pas famille ?
En plus, la compagnie offre un service après-vente en cas de soucis. Elle a des bureaux à Abidjan et des numéros de téléphone toujours ouverts. Franchement ça évite les longues queues d’attente surtout pendant les fêtes de fin d’année, la fête de Pâques (paquinou) et les rentrées scolaires. Elle a parfois des réductions en ligne alors que dans les gares les prix restent inchangés. En tout cas, moi j’ai essayé et j’ai adoré. Et je suis sûre que ça va marcher pour vous aussi.

transport en Côte d’Ivoire
Transport en Côte d’Ivoire – Luc Gnago

IV – Transport en Côte d’Ivoire : derniers conseils pour voyager facilement

  • Choisissez des compagnies de transport agréables :
    • allez sur leur site pour voir l’état des cars présents, sièges, la présentation de leur gare, le respect des horaires à travers les reviews
  • Attitudes à tenir dans les gares de transport :
    • Eviter les gares de transport semble difficile. En effet, chaque compagnie de transport à sa gare dans les différentes villes du pays. Ces gares sont également sources d’insécurités surtout pour les voyageurs qui ont un aspect physique “choco”.
    • Evitez surtout les bijoux de valeur dans les gares car un pick pocket peut vous l’arracher. Le pire est que personne ne viendra vous sauver encore moins la police qui est souvent présente aux alentours des gares, mais assez nonchalante à réagir.
    • Habillez-vous de façon simple et à l’aise, en général une paire de baskets moins chère pour éviter de salir ses belles sandales MK ou sa paire de basket Prada avec la boue dans les gares.
    • Portez un jean, une culotte, et des hauts assez relaxes. Evitez surtout de faire le petit malin dans le transport.
    • Evitez Mesdames de porter des tenues assez sexy, culottes et jupes trop courtes à l’occidentale. Il y’a quelques années de cela, des ‘loubards’et autres petits travailleurs de la gare ont eu à déshabiller en pleine gare des jeunes filles trop sexy à leur gout.
    • Si vous avez le choix, réservez votre ticket (à partir d’Abidjan) sur les gares de Treichville. Je trouve qu’elles sont moins bruyantes et plus sécurisantes que les gares d’Adjamé.
    • En plus après avoir réservé et payé votre ticket en ligne, vous vous rendez à la gare juste 15 ou 30 minutes avant le départ du car. Cela vous évite énormément tous les inconforts dans les gares.

transport en Côte d’Ivoire - Reservation- en ligne-la-meilleure-solution

Si vous suivez ma méthode, je vous assure, vous passerez d’agréables vacances à Abidjan et dans différentes villes. Depuis votre pays de résidence, planifiez les villes ou vous souhaitez vous rendre. Réservez en ligne pour vous-même et ceux avec qui vous souhaitez voyager. Et hop c’est parti !!! vous êtes tranquilles. Vous pouvez même réservez votre billet d’avion pour aller au pays via TripAfrique. Ça vous fera plus de réduction.


N’oubliez surtout pas de me raconter vos vacances et comment vous avez trouvez la réservation de tickets en ligne.