Archives de catégorie : Tourisme

Man : Découverte Tripafrique

Man, nous y revoilà grâce à la découverte Tripafrique sur Man.  Aujourd’hui, nous laisserons de côté les sites populaires touristiques de Man tels que : la dent de Man, les cascades de Man, le Mont Tonkpi, le pont de liane… Nous parlerons d’un autre type de tourisme ; de tourisme culturel, de folklore, d’artisanat. Depuis longtemps, la région de Man est le porte-drapeau du tourisme en Côte d’Ivoire. Ici, vous découvrez la culture des peuples Dan dans toute ses expressions.

Guéhéva, le festival des masques de Man

Guéhéva, avez-vous déjà entendu parlé ? Non, réveillez-vous, c’est le grand festival des masques de Man. Je ne vous dis pas. Rien de plus intéressant que ces acrobaties, présentations et défilés de masques. C’est vraiment du folklore et c’est aussi instructif car ça vous permet de connaitre les différents masques dans la région de l’ouest, les rôles sociaux culturels que jouent chaque masque. Il vous permet aussi de connaitre les moments de la sortie de chaque masque, leurs lois et interdictions. Il se tient d’au mois de Novembre. Ce festival avait été suspendu entre 2002 et 2011 à cause de la crise et de l’insécurité dans l’Ouest. Mais maintenant il a été rouvert au grand bonheur des populations. Le   Guéhéva a repris ses droits depuis 2011. Et nous vous embarquons dans ce folklore. Let’s go

Au cours du festival de danse, vous avez une succession de masques les uns comiques, les autres effrayants, les autres encore taquins.

Durant ce festival, étaient également invités et présents certains masques de la Guinée, les tambours du Burundi, une représentation des peuples Dogons du Mali, ainsi que des masques du Liberia voisin.

man-decouverte-tripafrique-masque-echassier-yacouba-source-mantongouine-free-fr

Dans l’ouest montagneux de la Côte d’Ivoire regroupe les peuples Dan, les peuples Krou et ceux de Touba.  Des chercheurs ont dénombré une quinzaine de masques et de marionnettes dans la culture de l’ouest Ivoirien. Ces peuples accordent beaucoup d’importances aux masques, à leurs danses et à leurs messages. La culture des masques est une croyance qui s’est développée au fil des siècles. Le non-respect des masques est considéré comme un grave manquement aux lois et traditions passibles de sanctions.

Le masque incarne un esprit mythique. Ils sortent à des occasions précises. Certains sont des masques funéraires. Ils ne font leur sortie qu’aux cours des cérémonies de deuil. Par leurs messages, leurs danses, ils sont supposés traduire, les messages de l’eau delà aux vivants. Parfois les messages concernent le défunt ou les membres de sa famille. Parfois le message est général et peut concerner des évènements prochains dans le village. Les masques peuvent également être des amuseurs publics comme les masques échassiers. Ils dansent, font des acrobaties sur les places publiques ou les jours de marché. Il est rare des cérémonies sans apparition de masques à Man.

L’artisanat local

L’artisanat à Man n’est pas en reste. Qui ne connait pas les boubous Yacouba. Les Gbahoueu sont les boubous traditionnels Yacouba.  Symbole d’esthétique, ils ont pu s’imposer dans l’artisanat en Côte d’Ivoire. Jadis ils étaient confectionnés et portés au cours des grandes cérémonies. Mais avec la modernité et les échanges commerciaux entre les peuples, les boubous Yacouba sont des sources de revenus. Plusieurs commerçants achètent et revendent partout en Côte d’Ivoire et même à l’extérieur ces beaux boubous. En plus ils sont de très bonnes qualités. N’oubliez pas de vous en procurer avant de quitter Man la montagneuse.

man-decouverte-tripafrique-boubou-yacouba-de-man-source-gonetitouristesetarts-centerblog-net

La sculpture à Man

On le sait, les peuples Dan sont de grands sculpteurs. Ils maitrisent parfaitement cet art. C’est un métier qui est fait par les hommes. A titre d’exemple, les masques, œuvres d’art de cette région sont beaucoup appréciés. Vous trouverez à Man et dans les villages alentours des ateliers pour vous fabriquer à moindre cout des masques de décorations, de belles sculptures, des awalés et divers objets de décorations en bois. Prenez-en je vous le dis car à Abidjan c’est beaucoup plus cher.

La poterie à Man

Elle est essentiellement faite par les femmes. Sous leurs doigts habiles, l’argile se transforme. Ce qui n’était qu’une sorte de terre devient un pot majestueux en terre cuite. De l’argile, ces braves femmes vous font ressortir des très beaux objets de décorations. Ou encore (j’en ai acheté pour ma cuisine) des assiettes en terre cuites, des casseroles… Ces assiettes sont agréables pour manger des plats de chez nous (le placali à la sauce kopê, les sauces claires au machoirons.). C’est assez original et ça change de l’ordinaire. 

Les singes sacrés de Man

La forêt de Gbêpleu à 3 km du centre-ville abrite les singes sacrés de Man. Ces derniers sont protégés. Ils attirent également de nombreux touristes. Pourtant il n’est pas Rare de les voir en pleine ville, amuser les passants. Tantôt ils jouent avec des enfants ou quémandent de la nourriture, tantôt ils se baladent dans les marchés ou autres lieux publics. Ici, les singes sont considérés comme des compagnons

Le parc national du mont Sangbé

man-decouverte-tripafrique-parc-national-du-mont-sangbe-a-man-source-visitecotedivoire-com

Si vous êtes à Man, passez au parc national du mont Sangbé. Cette forêt dense a été transformé en parc naturel en 1975 permettant ainsi sa protection contre les braconniers et la déforestation. Le parc national du mont Sangbé s’étend sur 95 00 hectares et est composé de 14 sommets de plus de 1000 mètres.  Il est au nord de Man et à l’ouest du fleuve Sassandra. Sa faune regroupe plusieurs types d’animaux. On a les antilopes, les buffles, les singes, les éléphants… Il faut dire que Man était aussi célèbre dans l’exportation des ivoires vers l’extérieur. Mais depuis, l’exploitation d’ivoire a été interdite.

Man : découverte Tripafrique

Man se trouve à environ 570 km d’Abidjan. En cars, vous avez 7 H de routes. Si j’ajoute le contrôle des polices de la route, on va dire 7h30-8H de route. Mais rassurez-vous, le paysage est si beau et les cars si confortables que vous ne sentirez pas du tout ce trajet.

A travers Tripafrique, faites votre réservation en ligne.  Tripafrique est une société de vente de tickets de transport en ligne. Elle est présente partout en Côte d’Ivoire et son siège est situé à Abidjan. Elle a parfois des promotions qui vous permettent d’acheter des tickets à des prix moindres que ceux vendus dans les gares. C’est une société également très professionnelle et affiliée à la grande majorité des cars de transports en Côte d’ivoire. Quelques minutes après avoir payé votre ticket, Tripafrique vous fait parvenir un sms de confirmation ou un email. Vous devez par prudence imprimer l’email ou le garder sur votre téléphone pour le présentez à l’embarquement du bus. En général vous avez les gares sur Adjamé et Treichville. Tripafrique vous donnera tous les détails à votre appel. Pas besoin de passer des heures d’attente dans une gare. Le temps c’est de l’argent.

man-decouverte-tripafrique-trajet-abidjan-man-source-google-ci

Durant le voyage à partir d’Abidjan, vous aurez à passer par les villes de Yamoussoukro, Bouaké, Daloa, Le carrefours de Guessabo, Duékoué, Bangolo, Logoualé et enfin Man. Soyez prêt à travers ce voyage à découvrir une succession de différents paysages. Au centre (Yamoussoukro et Bouaflé), c’est la savane. Mais à partir de Daloa, c’est une végétation et un relief assez différents, des forêts denses, des collines, des montagnes. Bref très beau paysage. Je parie que vous y êtes allé une fois au passage. Mais vous n’avez pas pris le temps d’admirer la beauté de ce paysage sublime. Pas grave, TripAfrique vous le fait redécouvrir.

Conclusion

La ville de man est superbe pour les balades.  Vous ne finirez pas de visiter Man en 2 ou 3 jours. C’est impossible. Prenez quelques jours une semaine en moyenne et partez pour Man. Climat doux et frais, forêt dense, et sauvage ; vous direz adieu au stress. Cette visite touristique vous permettra également de vous ressourcer, de découvrir le beau dans la nature et les cultures des peuples y vivants.

Hormis les sites touristiques, j’ai beaucoup aimé les boubous Yacouba et les poteries de Man fabriqués artisanalement. J’ai hâte de vous lire pour connaitre vos impressions. Ai-je eu raison de vous fait faire ce tour ?

Crédit image : youtube.comyoutube.comcotedivoiretourisme.ci

Sinfra, ville Gouro : découverte TripAfrique

Quand on parle de ville Gouro en générale, beaucoup de personnes voient la ville de Bouaflé et non pas Sinfra. Pourquoi Bouaflé à cause bien sûr de son fameux masque zahouli. Et pourtant Sinfra compte aussi beaucoup d’attractions touristiques méconnues par la plupart des ivoiriens. On y trouve des danses traditionnelles, des tenues vestimentaires et les lieux sacrés. C’est donc pour rétablir l’équilibre entre ces villes Gouros que TripAfrique a choisi de vous présenter la ville de Sinfra. Grâce à ses investigations dans ce département, TripAfrique vous fait voyager dans l’univers d’un peuple chaleureux, le peuple Gouro.

Présentation de la ville de Sinfra : découverte TripAfrique

sinfra-decouverte-tripafrique-sinfra-region-de-la-marahoue

Sinfra est l’une des grandes villes parmi les trois que compte la région de la marahoué. Le département de Sinfra est situé à 320 km d’Abidjan en passant par Yamoussoukro et 340 km via Gagnoa. Localisé dans le Centre-Ouest de la Côte d’Ivoire, le département de Sinfra couvre une superficie de 1618 km2. Il est composé de différentes tribus que sont : les Sian, Nanan, Bindin, Vinan, N’goye et Progouri. C’est donc la déformation du nom Sian fla c’est à dire village des Sian qui a donné le nom Sinfra.

Il est limité au Sud par la région du Gôh anciennement région du fromager. Au Nord nous avons la région du Béré et à l’Est les régions du Gbêkê et du Bélier. A l’Ouest il débouche sur la région du Haut-Sassandra. Le département de Sinfra compte 170 015 habitants selon le recensement général de la population et de l’habitat (RGPH) de 2014. La ville est peuplée d’autochtones Gouro et d’allochtones Baoulé, Dioula et autres ethnies ivoiriennes.

A côté des nationaux nous avons les allogènes composés de communautés tels que les maliens, burkinabé, guinéens et les nigériens. Sinfra est donc une ville cosmopolite qu’il est bon de visiter pour voir comment vivre toutes ces populations. Pour cela vous n’avez qu’à acheter votre ticket sur le site en ligne de TripAfrique. Mais en réalité qu’est-ce qui pourrait vous attirer vers cette région et plus particulièrement vers cette ville ? Voyons à présent les différentes curiosités de Sinfra.

Quelques curiosités touristiques de Sinfra

sinfra-decouverte-tripafrique-tenue-traditionnelle-gouro

Sinfra comme la plupart des grandes villes de la Côte d’Ivoire, est accessible par voie terrestre. Au plan culturel et touristique, il n’y a pas mal de choses à voir. Parmi elles nous avons les différentes danses traditionnelles et les tenues vestimentaires. A cela s’ajoute une diversité d’arbres et une multitude de faunes sauvages. En effet visiter Sinfra, c’est se donner l’opportunité de voir des danses et les tenues vestimentaires du terroir Gouro.

C’est aussi profiter de l’abondance de faune et flore pour y faire du safari.

Les danses et tenues traditionnelles

Le peuple Gouro est un peuple beaucoup travailleur. Mais en dehors des périodes de durs labeurs aux champs, il ne se prive pas de divertissement. Chez les Gouros en général et ceux du département de Sinfra en particulier, il y a plusieurs danses. Nous avons la danse guerrière appelée Gouligali soutenue par certains instruments traditionnels. Au nombre de ceux-ci, nous avons le tam-tam parleur appelé laagô en gouro et le Vla, une flûte traditionnelle.

Parmi ces différents instruments, le tam-tam parleur renferme une particularité. En effet c’est lui qui annonce les évènements heureux et malheureux. Il est battu pour louer la bravoure d’un chasseur, pour célébrer une victoire guerrière ou pour annoncer un décès particulier. En dehors du Gouligali, vous pourrez voir les danses de réjouissances telles que le Gaou, le Blyo et le zallo. Voici une danse de la région de la marahoué exécutée par le masque zaouli.

En revanche vous ne pourrez pas voir le Djè qui est une danse sacrée interdite aux femmes et aux non-initiés.

On ne pourrait pas parler de danses traditionnelles sans faire allusion aux tenues vestimentaires. Le gouro de Sinfra se distingue au point de vu vestimentaire par son pagne traditionnel appelé Kamadjè. C’est un pagne artisanal tissé. Nous avons le Nagafiani qui est un pagne offert comme dote pour les mariages grandioses en pays gouro.

Le parc de la marahoué réserve de faune et de flore.

Pour tous ceux qui aiment la nature dans sa diversité, le département de Sinfra renferme d’énormes potentialités. Au niveau de la flore, vous pouvez voir des essences telles que le samba, le fromager et l’iroko. Pour les amateurs de safari, vous y trouverez les éléphants, les hippopotames, les buffles et les chimpanzés sur votre chemin. Maintenant qu’il n y a plus d’interdiction de la consommation de gibiers, vous pourrez en gouter. En effet visiter Sinfra c’est gouter aussi au gibier appelé communément la viande de brousse. Imaginez-vous un bon plat de riz local avec la viande d’aulacodes ? beaucoup d’entre vous dirons qu’ils ne connaissent pas cet animal. Eh bien ce n’est rien d’autre que votre fameux agouti.

sinfra-decouverte-tripafrique-parc-de-la-marahoue

Conclusion

Retenons que Sinfra regorge d’énormes potentialités touristiques et si vous voyez qu’il est peuplé c’est parce qu’il est riche. TripAfrique a tenu à vous exposer quelques-unes de ces richesses pour vous amener à visiter Sinfra. La liste des attractions n’est pas exhaustive et beaucoup reste à découvrir. Alors ne perdez plus le temps dans des tergiversations prenez votre ticket sur le site de TripAfrique et lancez-vous.

Vous aimez cet article ? N’hésitez pas à laisser un commentaire, merci.

Crédits images : abidjan.net , books.openedition.org , youtube.com , oipr.ci

Grand-Bassam : découverte TripAfrique

Grand-Bassam, le simple fait de prononcer le nom de cette cité balnéaire, vous fait déjà rêver. Vos poumons s’emplissent alors d’air frais et vous êtes bercés par les bruits des vagues qui s’échouent sur la plage. Grand-Bassam ne cessera pas de faire parler d’elle à cause de ses belles plages, ses presqu’iles et ses restaurants exotiques. C’est d’ailleurs à cause de ses sites et attractions touristiques que TripAfrique a choisi de vous la présenter. Allons donc à la découverte de Grand-Bassam avec TripAfrique.

Présentation de la ville de Grand-Bassam

Grand-Bassam fut la première capitale de la Côte d’Ivoire de 1893 à 1900. Elle est située à 43 km à l’Est d’Abidjan. C’est une ville historique qui renferme beaucoup de symboles depuis sa création jusqu’à son développement. On y trouve diverses attractions touristiques telles que les fêtes de générations et les monuments historiques. Grand-Bassam c’est aussi le quartier France considéré comme le siège de la ville historique classé patrimoine de l’UNESCO.

Grand-Bassam est limitée au Nord par la ville Alépé, au Sud par l’océan atlantique. A l’Est se trouve la ville sœur Bonoua et à l’Ouest la commune de Bingerville. Elle est constituée d’autochtones N’zima et Abouré et d’autres populations. Si vous aimez le tourisme ou si vous avez besoin de détente, n’hésitez pas, Grand-Bassam est une destination sûre. Il vous suffit de prendre votre ticket sur en ligne via le site internet et une compagnie comme UTGB s’occupe de vous.

C’est une des rares villes qui réunit autant d’attractions touristiques de qualité. Nous y avons les danses traditionnelles et des monuments historiques. A cela s’ajoute, de belles plages, des réceptifs hôteliers de grand standing, des restaurants aux mets envoutants et exotiques.

Quelques grandes attractions touristiques de Grand-Bassam :

grand-bassam-decouverte-tripafrique-la-fete-de-labissa

Grand-Bassam ne manque pas d’attractions touristiques, elles sont multiples et variées. TripAfrique a choisi de vous présenter les plus populaires et les plus intéressants. Au titre des danses traditionnelles nous avons l’abissa chez le peuple N’zima kôtôkô. L’Abissa est une fête traditionnelle de réjouissance et de célébration en pays N’zima. Les N’zima sont un peuple originaire du Ghana.

L’Abissa signifie en langue N’zima « questionner» et comme nous le savons, la vie est faite de perpétuel questionnement. L’abissa apparait alors comme une école de formation aux règles fondamentales à l’équilibre de la société. Ce sont la démocratie, la justice sociale et le partage. Cette fête de célébration a lieu chaque année entre la fin d’octobre et le début de novembre. Cette année 2016 elle a démarré le 2 novembre avec comme temps fort la sortie du roi en public.

L’apothéose de la célébration a lieu avec la danse. A Cette danse, toutes les communautés y participent. Elle est beaucoup aimée par la jeunesse et c’est véritablement une fête populaire. Tout est réuni ce jour-là pour communier avec la foule et la faire danser. Rien qu’entendre les sons des différents instruments traditionnels, que vous vous mettez à swinguer déjà. Imaginez alors quand l’orchestre se déchainera ? Alors rien à dire venez vivre ces instants magiques de l’abissa au quartier France. Outre l’abissa, les plages et les réceptifs hôteliers méritent d’être visités.

Les plages et leur réceptif hôtelier

grand-bassam-decouverte-tripafrique-la-plage

A Grand-Bassam nous avons de belles plages. C’est un endroit idéal pour les sorties détentes pendant les week-ends. Nous avons les plages d’azzureri, de montoukou et de modeste situé entre la lagune et la mer. Ce sont tous des endroits d’évasion et de repos. A cela s’ajoute les réceptifs hôteliers qui sont des établissements de hauts standings avec piscine.

On y trouve à l’intérieur de certains, des salles de séminaires et de conférences pour des séjours professionnels et touristiques. A côté de ces grands hôtels, il y a des restaurants côtoyant la route Abidjan – Bassam, donnant sur la mer. Pour tous ceux qui sont friands des fruits de mers et des bons mets, faites des escales à ces endroits. Même si vous n’avez pas assez d’argent, il y en a pour toutes les bourses. Vous y avez des bungalows pour vous détendre et passez du bon temps avec votre famille et amis.

Ça ne se raconte pas, ça se vit. Vous y trouverez des menus ordinaires comme du poisson braisé, du poulet rôti etc., mais aussi des mets exotiques. Rien qu’à voir certains mets exposés vous vous lécherez les babines en passant.

Connaissez-vous le quartier colonial appelé quartier France, siège du patrimoine mondial de l’UNESCO ?

Ce qui pourrait vous encourager à visiter Grand-Bassam en plus de ses divers sites, c’est le quartier colonial du nom de quartier France. En effet tout est parti de ce quartier. Il renferme beaucoup d’histoire et rien qu’à voir l’architecture des maisons, vous comprenez le sens de ce nom France. C’est un quartier d’artistes plasticiens et sculpteurs. Vous y découvrirez des anciennes maisons qui ont servi d’administrations et d’habitats aux cadres de l’époque coloniale.

grand-bassam-decouverte-tripafrique-une-rue-du-quartier-france

C’est d’ailleurs pour préserver toute cette richesse culturelle et historique que la ville est érigée patrimoine mondial de l’UNESCO. La date du 1er juillet 2016 devient une date importante et mémorable pour Grand-Bassam et la Côte d’Ivoire. Mais toutes ces belles phrases sonnent comme du charabia aux oreilles d’un bassamois lambda (habitant de Bassam). En effet ce qui compte pour eux et pour les autres c’est l’accessibilité aux belles plages, aux restos et aux mets succulents. Ce qui compte aussi, c’est Grand –Bassam by night.

Pour celui qui connait cette ville la journée, c’est un autre visage qu’elle a la nuit. Certaines rues deviennent des rues barrées une fois la nuit tombée, pour offrir plus d’espaces aux personnes venues spécialement s’amuser. Juste à côté de ces espaces ouverts, il y en a qui sont clos et réservés aux habitués des lounges. Pour vous dire que chacun y trouve son goût à Bassam et personne n’est laissée pour compte. Ces différentes attractions ont développé au fil du temps un tourisme intérieur très important.

Tous les week-ends, ce sont de nombreux visiteurs venus de partout, qui envahissent les restaurants, hôtels et plages de Bassam. Même les évènements malheureux du 13 Mars 2016 n’ont pas suffi pour freiner les ardeurs des visiteurs. Arrêtez de vous faire conter les réalités que vous pouvez vivre vous-même. Faites un seulement un pas en allant sur le site en ligne de TripAfrique. Une fois connectés, vous y trouverez les dernières informations ou si vous voulez les derniers «katas » sur Bassam. Vous aurez le choix entre les compagnies de transport qui desservent la ville et les différents tarifs qu’elles proposent. Avec TripAfrique vous avez la possibilité de comparer les prix proposés par les différentes sociétés de transports.

Conclusion

En somme beaucoup de raison vous conduiront à visiter la ville historique de Grand-Bassam. C’est un véritable « cahier d’un retour à la ville historique» que TripAfrique a rédigé pour vous. L’avantage de cette station balnéaire, c’est qu’elle est toute proche d’Abidjan la capitale économique. Le transport y est très abordable 500F CFA avec n’importe lequel des partenaires de TripAfrique. Il vous suffit de vous connecter à son site en ligne de n’importe où, vous y achèterez votre ticket. Vous aurez un voyage agréable et vous visiterez la ville, découvrirez beaucoup de sites inédits et dégusterez des mets inimaginables.

Crédits images : lifebeyondtourism.org , abissa.ci, lexpress.fr , lepoint.fr   

Gagnoa, région du fromager : découverte TripAfrique

Gagnoa est une ville que beaucoup de personnes connaissent à travers ces personnalités. L’une d’entre elles est la star du football international qui a fait les beaux jours de Chelsea. Oui vous avez deviné juste, c’est Didier Drogba, c’est un digne fils de la région, autrefois appelée région du fromager. De nombreux voyageurs traversent cette ville mais très peu la connaissent réellement. Aujourd’hui l’occasion vous est donnée de la visiter grâce à un carnet de voyage signé TripAfrique.

Où est située Gagnoa et qui sont ses habitants ? Quelles sont ses attractions touristiques et ses célèbres personnalités ?

Gagnoa : Découverte TripAfrique

Gagnoa est située à 267 km au centre-ouest d’Abidjan, plus précisément dans la région du Gôh. C’est une ville très importante et incontournable de la boucle du cacao. Elle représente la capitale de cette région anciennement appelée région du fromager et elle en est le chef-lieu de région. Gagnoa a une superficie de 2119 km2 pour une population estimée à 153 935 habitants. A ce titre elle est considérée comme la huitième plus grande région de la Côte d’Ivoire.

La région du Gôh est limitée par les régions de la Marahoué au Nord, du Lôh-Djiboua au Sud et de l’Agnéby-Tiassa au Sud-Est. A l’Est nous avons la région du Bélier et à l’Ouest, le Nawa. Au Nord-Ouest, la région du Haut Sassandra et enfin au Nord Est le district de Yamoussoukro. Gagnoa est une ville cosmopolite composée d’autochtone bété (krou), d’allochtone baoulé, malinké etc. On y trouve une communauté de ressortissants des pays voisins venus pour certains comme main-d’œuvre dans les plantations de café et de cacao.

Pour d’autres c’est en tant que commerçants qu’ils y sont. Les langues les plus parlées à Gagnoa sont le bété, le français et le dioula. Gagnoa est une zone forestière essentiellement agricole. On y cultive le café, le cacao, le manioc, la banane plantain et l’igname. Cette région doit sa fertilité agricole au Davo, un affluent du fleuve Sassandra.

Comme la plupart des villes cosmopolites, il fait bon vivre à Gagnoa car la population est accueillante et hospitalière. Il y a beaucoup de cultures vivrières et à très bon prix. La vie y est relativement moins chère. Venez donc la visiter et profiter de son bon riz local « saka ». Point besoin de vous déplacer pour payer le ticket d’autobus, faites seulement un clic sur ce lien.

Les danses traditionnelles de Gagnoa : exemple du lougboutouwelly

gagnoa-decouverte-tripafrique-danse-traditionnelle

Contrairement aux autres régions de la Cote d’Ivoire, Gagnoa a sa particularité en matière d’attractions touristiques. Ne vous attendez surtout pas à des forêts, des rivières ou des babouins sacrés. Il y en a surement, d’ailleurs nous ne connaissons pas de régions en Côte d’Ivoire totalement dépourvus. A Gagnoa, au-delà des sites touristiques courants, l’accent est mis sur une richesse culturelle ancestrale : la danse. Ce sont des festivals de danses traditionnelles qui rythment la vie et attirent les touristes.

Venez donc vous ressourcer et désintoxiquer vos enfants devenus accros à des danses qui ont conduit plus d’un au dispensaire. En effet, nous assistons à la montée en puissance de certaines danses très acrobatiques devenues dangereuses pour nos enfants. TripAfrique pour palier à cela, a trouvé ce que vous n’imaginez pas, assis confortablement chez vous. Découvrez les vous-mêmes. www.youtube.com/watch?v=otgjzmBW_Is  cette vidéo vous permet de rêver un peu et vous permet aussi découvrir des rythmes et danses du terroir bété.

Ce sont des danses exécutées avec élégance et simplicité. Chaque pas de danse est chargé de symboles et de messages. Celle-ci s’appelle le lougboutouwelly, nous avons le gbégbé, le ziglibithy, l’Aloukou, etc. Contrairement aux tournois de football qui sont organisés périodiquement ailleurs pour égayer la population, ici ce sont des danses. En effet à Gagnoa ce sont des tournois de danses où des groupes s’affrontent en plein air sur la place public.

Ces groupes sont assistés par des membres du jury composés d’anciens danseurs et applaudir par des supporteurs survoltés. L’ambiance est conviviale. Toutes ces personnes présentes viennent pour la plupart des villages en compétition. En plus des danses, Gagnoa est une ville qui a d’autre attraction spécifique à elle. Ce sont la tenue traditionnelle bété et le culte de la personnalité masculine incarnée le beau homme, le « bagnon ».

La tenue traditionnelle bété « tapa » et le culte du « bagnon ».

gagnoa-decouverte-tripafrique-tenues-traditionnelles-bete

Le tapa est une tenue traditionnelle typiquement bété. Elle est obtenue par un processus qui commence par l’abattage d’un arbre. Puis vient la phase d’extraction de son écorce. Une fois séparée de l’arbre, l’écorce est frappée plusieurs fois jusqu’à ce qu’elle se dilate pour devenir un tissu. Ensuite elle est séchée pendant quelques jours et enfin elle est portée à la teinture. C’est ce pagne obtenu qui sera la parure du bagnon.

Le bagnon désigne en pays bété, un homme beau, fort et exemplaire. Cet homme est choisi en fonction de certains critères que sont le physique d’apollon, une grande moralité et une bonne probité. Un culte lui est voué en raison de son exemplarité dans la vie quotidienne. Ce sont donc autant de chose que TripAfrique souhaite partager avec vous. Mais le meilleur moyen de vivre cette belle aventure, c’est de venir sur place à Gagnoa.

Pour l’achat de vos tickets, vous n’avez plus besoin de vous déplacer, un clic sur ce lien suffit. Vous aurez les meilleures compagnies de transport avec les bus confortables et sécurisés et aussi des tarifs abordables. Pour couronner le tout Gagnoa vous présente quelques célébrités d’origine bété.

Quelques personnalités célèbres de Gagnoa

gagnoa-decouverte-tripafrique-celebrite-gohou

La région du Gôh regorge d’énormes talents dans tous les domaines. Nous citerons entre autres le sport, la musique, le cinéma et l’écriture. Dans le milieu du football nous en avons tellement que nous citerons Didier Drogba et Serge Aurier. Dans la musique nous avons feu Ernesto Djédjé, Bailly Spinto, DJ Arafat et Serge Beynaud. Au cinéma ce sont le doyen Leornard Groguhet , les deux Michels, Bohiri et Gohou et Claudia Tagbo.

Et enfin dans l’écriture nous avons le professeur Sery Bailly, feu Bernard Zadi zaourou et Lassane Zohoré. Ce sont autant de personnalités qui font non seulement la fierté de Gagnoa mais aussi celle de la Côte d’Ivoire. Grace à ces talents la ville de Gagnoa reçoit par moment des visites de touristes internationaux, parents et amis de ces icônes. Combien de fois les autres sont venus mettre en valeur nos propres régions ? Nous sommes souvent trop ignorant des réalités de chez nous à cause de notre sédentarisme.

La compagnie TripAfrique est venue rompre avec cette mauvaise habitude. Elle a pris le temps d’élaborer un routard de nos villes avec les sites touristiques à visiter. En plus elle a signé des partenariats avec des compagnies de transports de nos différentes régions pour faciliter nos voyages. Alors qu’est-ce qui reste à faire d’après vous ?

En conclusion

Gagnoa a beaucoup de richesses culturelles qui méritent d’être visitées. Elle a ses lieux touristiques tels que le Davo et le Guéri, les affluents du fleuve Sassandra. Nous avons aussi la cathédrale Sainte-Anne qui reste un joyau architectural de son époque. A cela s’ajoutent les fameux festivals de danses. Gagnoa, tout comme les autres villes ivoiriennes, a sa propre identité culturelle.

Même un livre ne suffirait pas pour vous détailler ses richesses. Certaines y sont gardées secrètes pour ceux qui effectueront le déplacement. Alors arrêtez de vous faire raconter les évènements si vous pouvez les vivre vous-mêmes.

Crédits images : capitalmonde.com ; travel.jumia.com ; fatom.org ; fr.allafrica.com

Koni : Découverte Tripafrique

Aujourd’hui, TripAfrique vous invite à la découverte de Koni. C’est une petite commune située à 15 KM de Korhogo dans le Nord de la Côte d’Ivoire.

Si vous souhaitez acheter du matériel agricole pour les plantations de vos parents ou pour vos propres activités agricoles ; ne cherchez plus. Cette petite commune s’est spécialisée dans le travail des forges. Ce qui fait sa réputation et attire beaucoup de touristes. Habillez-vous léger, vous ne souhaitez pas fondre devant les hauts fourneaux de forge !!! Nous nous rendons à la découverte de Koni.

Les forges traditionnelles de Koni

A Koni, la métallurgie est une science ancestrale qui se perpétue de père en fils. Ces fiers forgerons depuis les temps anciens ont de par leur savoir, procurés à leur ‘’petit village d’alors’’ les éléments nécessaires aux fermiers, agriculteurs … les moyens de travailler et de vivre. Grâce aux objets en fer fabriqués dans les forges de Koni, les agriculteurs, les éleveurs, les maçons peuvent s’y approvisionner pour le matériel dont ils ont besoin pour leurs travaux.

Quels sont les objets fabriqués ?

Les haches, les fils de fer, des faucilles, des marteaux, les serpettes, les balles de fusils traditionnels, les herminettes (dabas) de sculpteurs sur bois, les machettes, les ustensiles de cuisine, et toutes sortes d’outils agricoles.

Passionnés par ce métier, les forgerons de Koni peuvent vous fabriquer les objets des plus simples au plus complexes. Faites-leur parvenir soit l’objet à représenter, soit l’image, la photographie de l’objet. Ils vous le reproduiront exactement, je vous le promets.

koni-decouverte-tripafrique-sculpture-dun-manche-dherminettes-source-african-concept-com

Comment se fait le métier de la forge ?

Koni est constituée de quelques familles dont la plupart est spécialisée dans le métier de la forge. Jadis, les forgerons étaient d’abord des agriculteurs qui sculptaient les outils dont ils avaient besoin pour travailler la terre. Le métier du fer ne se faisait que pendant les vacances agricoles ou pendant les jours de repos. Mais de nos jours, le travail de forgeron est devenu un métier à part entière auxquelles des personnes se sont totalement consacrées.

D’abord les forgerons vont tailler dans le bois le manche des outils agricoles à fabriquer.

Ils choisissent des arbres de bonne qualité, robustes, bien verts. Lorsque les manches deviendront secs, ils prendront une couleur belge, ou rougeâtre en fonction de l’arbre dans lequel il a été taillé.

Le choix du bois de qualité est très important pour que les manches soient plus robustes, permettant à l’outil de durer plus longtemps.

Pour fabriquer la lame : Apres avoir été coupée, le fer est chauffé dans des fourneaux à haut degré. Elle est ensuite trempée dans une bassine d’eau qui généralement se trouve à côté de l’enclume. La lame peut être trempée plusieurs heures dans de l’eau de chaux au préalable minutieusement préparée. En effet de la qualité de cette eau de chaux dépend la qualité de la lame. D’autres produits sont ajoutés (cendre de bois de qualité par exemple) trempée toute une nuit. Cette eau servira à tremper les métaux dans l’eau de chaux.  Et c’est ce qui fait la différence entre la qualité des produits de forge de Koni et ceux de leurs concurrents. Après leur trempage durant plusieurs heures dans cette eau, le manche est retiré et frappé à l’enclume.

koni-decouverte-tripafrique-forgeron-de-koni-au-tavail-source-rezoivoire-net

Après la fabrication de la lame, on assemble le manche et la lame. On fait correspondre le manche à sa lame. Puis, l’outil est exposé au soleil quelques jours afin que le bois du manche puisse bien sécher et devenir solide.

Les lames des matériels fabriqués à Koni sont très tranchantes et les manches des outils très solides. Pour vérifier la qualité de la lame, vous devez passer votre ongle sur le bord de la lame (le couteau par exemple). Si c’est fluide, cela signifie que la lame est de qualité, donc tranchante. La lame par ailleurs doit avoir un bord émincé et homogène.

Valorisation et modernisation du métier de la forge

Au-delà de nos horizons, nous devons nous inspirer des techniques utilisées par des forgerons d’autres pays qui utilisent des techniques modernes. Ces techniques par ailleurs facilitent le travail et permettent également d’avoir des objets plus raffinés. C’est le cas au Vietnam, grand pays exportateur de produits métallurgiques.

A travers l’outil internet, nous devons utiliser les savoirs faire des autres forgerons pour rendre plus professionnel l’art métallurgique à Koni non seulement pour faciliter le travail mais aussi pour ouvrir leur esprit à d’autres types de fabrications.

De plus, les forgerons de Koni doivent faire la publicité de leur art pour attirer une plus grande clientèle et faire de leurs forges des entreprises. Par exemple avec l’aide de la mairie et des autorités administratives et territoriales, ils peuvent placer une pancarte de publicité à l’entrée des grandes villes menant à Korhogo. (Abidjan, Yamoussoukro, Bouaké et les autres villes carrefours afin de présenter des photos de leurs produits.

koni-decouverte-tripafrique-atelier-de-forge-moderne-au-vvietnam-source-3kgsousterre-blogspot-com

La qualité des outils fabriqués à Koni lui a consacré un succès inouï auprès des villages et villes voisines. Beaucoup de revendeurs du Nord, du centre et même depuis Abidjan font d’importantes commandes auprès de ces forgerons traditionnels dont le métier du fer n’a plus aucun secret. Mais malgré cela, la population de cette petite commune est assez pauvre. Les commandes nécessitent de très longues heures de travail auprès du feu et les fabricants ne sont pas bien rémunérés vu leur enclavement et leur méconnaissance du marketing. D’où l’importance pour les intellectuels de cette localité de les soutenir à travers de nouvelles idées. L’ouverture sur un marché régional, international et la modernisation de leurs ateliers de travail est également à envisager dans le plan d’action. Ceci pour leur permettre d’avoir une meilleure vie et surtout de pouvoir payer leurs frais de santé et autres en cas de maladies. Le métier de la forge exposant à plusieurs sortes de maladies.

Qu’en est -il de l’école à Koni ?

koni-decouverte-tripafrique-inauguration-de-trois-nouvelles-salles-de-classe-a-koni-source-aip-ci

L’école primaire à Koni a d’abord bénéficié en 2009 d’un don de de 13 millions FCFA pour sa réhabilitation par l’ONG’’ Save the children’’

En juillet 2016, ont été inauguré à Koni trois nouvelles salles de classe afin de désengorger les 6 classes existantes. Ce qui porte à 9 le total des classes. Ce groupe scolaire de 9 classes est la seule école primaire de la sous-préfecture de Koni qui comporte environ 3000 habitants. C’est dire qu’il y’a à faire dans cette localité du Nord de la Cote d’Ivoire pour favoriser l’alphabétisation des populations. Les villes du Nord en général et en particulier les populations islamiques ont un très faible taux d’alphabétisation, d’éducation par rapport au reste du pays.

L’alphabétisation des adultes tient également une place importante. Une grande majorité des adultes n’ayant pas été scolarisés, à bas Age, les cours d’alphabétisation s’avèrent nécessaire. Beaucoup de femmes s’y intéressent. Ces cours les aident à savoir lire et écrire, et à devenir plus autonomes dans leur quotidien.

Koni, entre modernisme et tradition

L’excision à Koni est taboue. Jadis c’était une fierté pour les exciseuses d’exercer ce métier. Comme la plupart des villages et villes du Nord de la Côte d’Ivoire, l’excision fait partie des coutumes. La jeune fille en âge est excisée selon des rituels. Mais depuis la pénalisation de ces pratiques, certaines familles continuent de se cacher afin de faire exciser leurs filles. C’est ici le moment de rappeler par la voix de TripAfrique (qui connait cette localité) de mieux sensibiliser aux dangers de l’excision. Des supports, de nouvelles activités doivent également être mis en place pour soutenir ces femmes exciseuses qui vivent de ce métier (noble, respectable dans leur entendement).

koni-decouverte-tripafrique-sensibilisation-de-la-population-de-koni-par-lonuci-source-onuci

L’ONUCI (mission de l’ONU en Côte d’Ivoire) a également en 2015 sensibilisé les populations de Koni sur les violences faites aux femmes.  Ceci pour permettre une meilleure cohabitation dans cette localité.

Koni : découverte Tripafrique

Koni se trouve à 590 km d’Abidjan et à 15 Km de Korhogo dans le Nord de la Côte d’ivoire. Cette commune est devenue un lieu touristique grâce à ses forges. Les visites touristiques des forges sont payantes. Sont aussi vendues des objets contemporains, d’art afin de diversifier leurs ventes.

Rendez-vous à Koni grâce à Tripafrique. Contactez-nous et nous vous donnerons la liste des cars très fiables pour le déplacement. Le voyage est très long et ce serait une mauvaise idée de troquer la qualité contre le prix. Tripafrique est affiliée à des compagnies de transport sur Korhogo. Ce sont des compagnies très professionnelles, avec des cars confortables, climatisés. Ils détiennent également plusieurs années d’expérience.

TripAfrique fait votre réservation en ligne selon l’heure et la gare de votre départ (en général Adjamé, ou Treichville). Quelques minutes après avoir payé votre ticket, Tripafrique vous fait parvenir par e-mail ou par sms votre ticket. Je vous prie de l’imprimer avant de vous rendre dans les gares de Korhogo. Vous le présentez à l’heure du départ.

koni-decouverte-tripafrique-reservation-en-ligne-via-tripafrique-source-massotherapiefiona-com

Conclusion

Vous pouvez vous rendre à Koni pour du tourisme, pour acheter des objets de forges et autres objets artisanaux. Vous pouvez également vous y rendre pour visiter l’école, la maternité et faire des dons. Vous pouvez également à travers des associations sensibiliser les populations… Koni a beaucoup de choses à nous enseigner.

Nous avons été très enchantés lors de notre voyage à Koni. Nous vous invitons à vous y rendre incessamment. Ne manquez surtout pas de nous informer sur vos projets pour Koni ou votre visite dans cette localité. Nous pouvons vous mettre en rapport avec des personnes très sympathiques.

Crédit image : vovworld.vnfr.allafrica.comeducation-ci.orgmaphill.com

Koko : découverte TripAfrique

Pas loin de la grande mosquée de Korhogo se trouve le quartier appelé koko, on le nomme aussi le quartier des sculpteurs. C’est l’endroit le plus spectaculaire de Korhogo, avec le marché.

Comme dans beaucoup de régions montagneuses de l’ouest ivoirien, les masques et les statues font partie du quotidien des populations. Nous irons voir les sculpteurs.

Korhogo est la quatrième ville de la Côte d’Ivoire, en nombre d’habitants et pour son poids économique.

Korhogo

Korhogo se trouve au Nord de la Côte d’Ivoire à environ 600 km d’Abidjan, la capitale économique. Elle est à 500 km de Yamoussoukro, la capitale politique.

Korhogo est le chef-lieu du District des Savanes. Elle est aussi Frontalière du Mali et du Burkina Faso.

La ville Korhogo compte plus de 220 000 habitants. La population de Korhogo est composée en majorité des peuples sénoufos et malinkés. En langue sénoufo, Korhogo signifie « héritage ».

Les Sénoufos parlent le Séné, les autres langues parlées sont : le français et le malinké.

Pour se rendre à Korhogo

koko-carte

L’avion

Pour se rendre à Korhogo, le moyen le plus rapide est l’avion.

L’aéroport de Korhogo est équipé d’une piste bitumée mesurant plus de 2 km. L’aéroport reçoit des vols intérieurs de la compagnie Air Côte d’Ivoire. TripAfrique a bien sûr négocié pour ses clients des tarifs avantageux. Le trajet Abidjan-Korhogo dure environ 2h30.

Le bus

On peut bien sûr aussi opter pour le bus, TripAfrique a noué des alliances avec des opérateurs locaux pour vous emmener en bus. Vous pourrez ainsi voyager en toute sécurité dans des bus climatisés. Des bus de différentes compagnies partenaires de TripAfrique assurent des voyages réguliers de Korhogo vers d’autres villes ivoiriennes.

TripAfrique vous proposera plusieurs formules pour vous rendre à Korhogo. Soit directement ou alors en faisant quelques escales dans des endroits sélectionnés pour leur particularités. On pourra s’arrêter par exemple à Yamoussoukro ou à Bouaké.

Le voyage pourra prendre un jour ou plus en fonction de vos souhaits. Dans tous les cas TripAfrique vous garantit des conditions de voyages irréprochables. Les bus qui vous transporteront ont tous été testés par les équipes de TripAfrique et répondent à vos exigences.

La sécurité et le confort de ses clients (bus récents et climatisés) sont vraiment les priorités de TripAfrique.

Le climat Soudanien de Korhogo

Il y a deux saisons : la saison sèche est plus grande que la saison de pluie

Le climat est très chaud et très sec avec, en décembre et janvier, l’Harmattan qui est considéré en Afrique comme un « vent mauvais », aux conséquences sanitaires importantes chez les autochtones, et donc à prendre en compte par les touristes.

L’Harmattan, un vent très sec, qui vient du Sahara chargé de poussière et de sable.

C’est un vent puissant, qui abaisse sensiblement les températures.

La faune

koko-faune

Dans la région on trouve les calaos, ces animaux fétiches des sénoufos.

Il y a aussi des :

  • Babouins
  • Guenons
  • Phacochères
  • Potamochères
  • Perdrix
  • Francolins
  • Antilopes
  • Agoutis
  • Margouillats

La flore

koko-gros-arbre

La végétation de la région, est celle de la savane arborée que l’on nomme aussi la Savane ouest soudanienne. Les arbres et les arbustes, ont une hauteur comprise entre 7 et 15 m.

Les arbres que l’on rencontre :

Ceux à fleurs tropicaux :

  • Frangipaniers
  • Bougainvilliers
  • Acacias
  • Ananas roses
  • Orchidées

Et les autres :

  • Flamboyants
  • Hibiscus
  • Baobabs
  • Anacardiers
  • Nérés
  • Karités « arbres miracle »
  • Le fromagerkoko-fromager

Cet arbre doit son nom au fait qu’il était utilisé dans la confection des boîtes de fromages. On l’appelle parfois piroguier, car son emploi est fréquent dans la construction de pirogues.

Il faut savoir qu’au début du XX ème siècle, les forestiers venus des colonies ont planté énormément de fromagers dans toute l’Afrique. A l’époque, l’exploitation du kapok (le kapok, est une fibre végétale issue des fruits). C’est pour cette raison que fromager est aussi appelé kapokier.

C’est une fibre très légère réputée pour son imperméabilité et son imputrescibilité

Jusqu’au début des années 1960, la Côte d’Ivoire exportait le kapok, aujourd’hui, seul le bois se commercialise à l’export.

Le bois du Fromager est très prisé pour la confection de contreplaqué, cageots …

Le bois est de couleur blanc crème, localement il est très utilisé par les artistes sculpteurs.

  • Le teck

koko-teck

Les tecks ont un tronc droit et cylindrique, son diamètre peut atteindre plus de 1,5 m et sa hauteur peut dépasser les 30 m.

Le teck est très apprécié des ébénistes et des sculpteurs pour son grain serré et fin. Ses propriétés en ont fait un bois très recherché pour la construction navale.

Il est aussi souvent utilisé pour la fabrication de meubles et de parquets surtout d’extérieur. 

L’art Africain

Les différentes civilisations africaines ont toujours que la fonction était plus importante que la forme.

Cela signifie que la beauté n’est pas recherchée en tant que telle. L’art africain appelé aussi art premier, désignes des objets usuels ou culturels qui ne sont plus sacrés ou plus utile, sont exposés et/ou vendus comme pièces de collections. Vous trouverez par exemple à Korhogo, des chaises et des portes sénoufos.

La beauté de leur décor et leur style en font de véritables pièces de collection pourtant leur usage premier était utilitaire.

Koko, le quartier des sculpteurs

koko-sculpteurs

Tout un quartier de la ville de Korhogo, le quartier Koko, regroupe de nombreux sculpteurs qui travaillent le teck ou le bois de fromager pour en faire des œuvres d’art.

Les œuvres exposées à Koko sont le reflet du dialogue permanent avec les esprits de l’au-delà.

Sur différents supports de bois sculptés, des figurines, des visages, nous démontrent les différentes et obscures actions du sacré au sein de la vie quotidienne.

La sculpture est devenue pour certains un témoignage du passé, tellement que pour beaucoup, la sculpture est vraiment un second langage.

koko-masque

Le quartier Koko est constitué d’un ensemble de petits ateliers qui souvent sont composés de deux pièces. Une première pièce où sont exposées les reproductions et œuvres personnelles des sculpteurs locaux :

  • Masques
  • Statuettes
  • Cannes
  • Grands calaos
  • Portes
  • Sièges

Dans la deuxième pièce, on y trouve souvent « la réserve » ici sont entreposées des antiquités et des sculptures volontairement vieillies.

Votre visite pourra vraiment être très riche et intéressante si vous commencez à discuter avec les sculpteurs.

Ils se feront un plaisir de vous raconter l’histoire de ces mystérieux masques, ils répondront avec beaucoup d’enthousiasme à vos questions.

Vous pourrez juger de la fierté des sculpteurs qui vous présenterons leurs œuvres merveilleuses et chargées de mysticisme. TripAfrique vous recommande vivement de prévoir du temps pour dialoguer avec les artistes de Koko vous apprendrez ainsi beaucoup sur l’Afrique.

Conclusion

Korhogo et son quartier Koko est vraiment une destination que l’on vous conseille. En effet la visite de cette ville et de ce quartier vous éclairera sur la culture ivoirienne. Le dialogue avec les artistes et sculpteurs locaux vous apprendra énormément sur l’art africain.

Vous comprendrez le mysticisme, le dialogue avec les esprits, la notion de fonction plus importante que la beauté de l’œuvre…

Surtout n’hésitez pas à nous faire parvenir vos photos et commentaires sur notre blog.

En effet chaque expérience est unique. La diversité des témoignages ne peut qu’encourager à la découverte de la Côte d’Ivoire et du quartier Koko en particulier.

Crédit images : wikipediamarcalaindanielparti ecologique ivoirienafrique-sur7.francrenciel.netmasque-africain.commeuble-magazine.com

Côte d’Ivoire vacances inoubliables en vue

Côte d’Ivoire vacances, du nord au sud se succèdent différents paysages, ceux-ci varient en fonction de leur latitude. Des savanes arides aux endroits très arborées, on avance vers le tropique sur des terres de plus en plus boisées.

Abidjan, Yamoussoukro, villes, villages, littoral, plage, faune, flore, parcs, musées, telle est la richesse du pays.

Aux abords du tropique, la côte du pays est occupée par des forêts denses, diminuant cependant sous l’effet de l’exploitation des hommes. La Côte d’Ivoire tire son nom des éléphants et le commerce de l’ivoire justement fait qu’aujourd’hui ils sont très peu nombreux.

La meilleure saison pour partir en vacances en Côte d’Ivoire.

cote-divoire-vacances-abidjan-cathedrale

Le climat de la Côte d’Ivoire est chaud et humide, même semi-aride tout au nord du Pays. Les variations de températures sont importantes entre le nord et le sud. Et bien sûr aussi tout au long de l’année au fil des saisons. La température moyenne est d’environ 28 °C. L’hiver qui va du mois de Novembre au mois de Mars est la saison sèche.

C’est cette saison qui évidemment a la faveur des visiteurs et des touristes.

Voyager en Côte d’Ivoire

Depuis quelques années maintenant, la Côte d’Ivoire, figure parmi les grandes destinations touristiques africaines. La Côte d’Ivoire présente en effet de nombreux atouts, il suffit juste de trouver les moyens de transports adéquats. TripAfrique saura vous faire voyager et découvrir de merveilleux endroits dans les meilleures conditions de sécurité et de confort.

Côte d’Ivoire vacances : circuits et itinéraires

Abidjan

Située sur le littoral du pays, Abidjan est la plus grande ville de Côte d’Ivoire.

Abidjan dispose de plusieurs sites touristiques qui méritent une visite lors de votre séjour.

A commencer par le musée des civilisations de Côte d’ivoire qui vous fera découvrir les richesses des diverses civilisations du pays à la faveur d’expositions par thèmes. A voir aussi, le musée national qui est consacré à l’art traditionnel ivoirien. Autre lieu incontournable, la cathédrale Saint-Paul, réputée pour son architecture qui sort de l’ordinaire.

Abidjan vous accueillera aussi avec ses nombreux marchés dans une ambiance animée, pleine de couleurs et d’odeurs. TripAfrique vous organisera des excursions dans les environs d’Abidjan, vous évitant ainsi l’attente. Par exemple visiter le parc national du Banco, découvrir la faune et la flore locale dans des conditions de transport idéales. Les plus férus de culture et d’histoire se verront proposer de nombreux autres lieux et musées.

  • L’institut Goethe
  • Le musée municipal
  • Le musée d’art contemporain de Côte d’Ivoire
  • Le palais de la culture ou encore
  • Le centre artisanal

Yamoussoukro

La capitale administrative donc officielle, mérite le détour pour sa cathédrale, appelée Notre-Dame de la Paix. Cet édifice reste à ce jour plus haute basilique du monde. Notre dame de la paix symbolise à elle seule Yamoussoukro.

Une immense esplanade toute de marbre, une architecture originale, l’absence de nef, ses presque     8000 m2 de vitraux. Cette basilique est impressionnante par sa démesure. Une visite à ne pas manquer pour les touristes, c’est aussi un lieu de pèlerinage.

Et dans les environs de Yamoussoukro vous pourrez en profiter pour visiter le parc animalier d’Aboukoumekro.

Les plages et les côtes

cote-divoire-vacances-littoral

Les plages et les côtes s’étendent sur des centaines de kilomètres face à l’océan Atlantique et au golfe de Guinée. La plus connue d’entre elles étant la baie des Sirènes.

La côte ivoirienne est une succession de plages de sable fin, de falaises rocheuses et de criques merveilleuses.

Le littoral ouest

Tout près d’Abidjan, il y a deux plages très connues : Jacqueville et Grand-Bassam. Mais en réalité, le littoral ouest ne se limite pas à ces deux endroits.

TripAfrique vous emmènera à Tiagba, l’originalité de ce village est que les maisons sont montées sur pilotis, rien que cela justifie la visite.

C’est entre Sassandra et San-Pedro que se succèdent des plages plus jolies les unes que les autres.

Ces plages pour la plupart se trouvent au milieu de paysages sauvages.

Quoi de plus merveilleux que de se retrouver sur des plages entourées de palmiers, de bananiers, de caféiers.

Le littoral est

Pour les français une visite à Assinie, près de la frontière Ghanéenne fera le bonheur des admirateurs des « Bronzés », en effet c’est sur cette plage que fût tourné le film.

La faune et la flore

La Côte d’Ivoire est particulièrement bien dotée en matière de faune et de flore. Pour les préserver respectivement contre le braconnage et la déforestation, huit parcs nationaux ont été créés, qui occupent environ 6 % du territoire.

La côte d’ivoire pays des parcs

Le parc national de la comoé

cote-divoire-vacances-parc-naturel

Au nord-est, le Parc national de la Comoé, très prisé pour sa faune de savane : des éléphants, des buffles, des antilopes, des hippopotames, des lions, des panthères, des phacochères, des singes, etc.

Le parc national du banco

Le Parc national du Banco pas loin d’Abidjan est lui remarquable par la grande variété de plantes, d’arbres et de fleurs qu’il abrite.

Le parc national de la maraoué

Au Centre du pays, le Parc national de la Maraoué abrite lui la grande faune de la forêt et des savanes au milieu des bois.

Le parc national d’abokouamekro

Situé non loin de Yamoussoukro, le parc d’Abokouamekro est le plus récent des parcs. Il est planté dans un environnement verdoyant, entrecoupé de rivières. Le parc accueille des espèces disparues en Côte d’Ivoire, les girafes, les rhinocéros.

Les parcs nationaux de taï et du mont péko

A l’ouest, en pleine montagnes, le Parc national de Taï et celui du Mont Péko sont la mémoire des dernières forêts primaires de l’ouest de l’Afrique. On les trouvera dans le parc de Taï des éléphants ainsi que des hippopotames pygmées.

Le parc national d’asagny

Situé dans la région de Grand-Lahou, le Parc national d’Asagny est connu pour détenir les derniers troupeaux d’éléphants de Côte d’Ivoire.

Les paysages et les traditions

cote-divoire-vacances-carte-pays

Le pays Yacouba

Au milieu du pays Yacouba se trouve la magnifique région de Man, région montagneuse et riche en cours d’eau. Les spécialités du pays Yacouba sont : les masques et les danses traditionnelles. TripAfrique grâce à ses partenariats avec des opérateurs locaux vous fera voyager et découvrir les meilleurs endroits.

Le pays Baoulé

Bouaké est la capitale du pays baoulé. Bouaké ville d’art, visitez absolument le quartier des sculpteurs sur bois de N’Gattakro. Toujours en pays Baoulé à Katioka, « les potières » méritent aussi votre attention.

Le pays Lobi

Au nord-est, Bouna  est la porte d’entrée du pays lobi  peuplé par des chasseurs semi-nomades originaires du Burkina Faso. Ces peuples vivent dans les soukhalas, véritables résidences collectives  qui à elles seules justifient la visite. TripAfrique vous conduira jusqu’à Pouon et Bienou, on vous découvrirez les plus beaux spécimens de soukhalas.

Le pays Malinké

Odienné est le point de départ conseillé par TripAfrique pour visiter le pays malinké. D’Odienné vous rejoindrez Kimbirala par bus (partenaires TripAfrique).Ici vous pourrez assister à des spectacles de danse qui évoquent le passé guerrier des peuple malinkés.

Le pays Sénoufo

Korhogo au nord  est l’endroit proposé pour entrer au pays Sénoufo. Le pays Sénoufo est peuplé d’habitants très attaché  à certains rites et qui pratiquent des danses sacrées.

 A voir aussi Koni, village réputé pour ses forgerons et enfin Boundiali endroit pour son artisanat.

Halte à Grand-bassam

cote-divoire-vacances-grand-bassam

Coincée entre la lagune et l’océan, Grand-bassam était du temps des colonies la capitale administrative pour l’Afrique de l’Ouest.

Depuis 2012, la petite cité balnéaire de l’est ivoirien, Grand-Bassam est classée au patrimoine mondial de l’Unesco.

L’architecture typique de nombreux bâtiments coloniaux nous rappellent ce que Grand-Bassam fut fin du 19e et début du 20em siècles. En effet Grand-bassam était le centre économique et politique du golfe de Guinée.

La typicité de grand-bassam est qu’elle fut construite par un mélange de populations d’Afrique, d’Europe et du Moyen-Orient.

Les souvenirs du quartier de France ne sont plus très visibles. Cela n’empêche pas Grand-Bassam d’être une des villes les plus intéressantes de Côte-d’Ivoire.

A Grand Bassam, vous découvrirez une ville coloniale et vous pourrez profiter de la plage.

Vous pouvez partir à la découverte des plantations de cocotiers, vous rendre à la plage ou dans les lagunes et pratiquer des sports nautiques. N’hésitez pas non plus à explorer les fonds marins grâce à la plongée sous-marine.

Conclusion

Abidjan, Yamoussoukro, les villes, les villages, la faune et la flore ivoirienne, le littoral, les plages. La Côte d’Ivoire c’est aussi : les parcs nationaux, les paysages, les (pays), des lieux incontournables à découvrir avec TripAfrique. En effet pour profiter pleinement de votre séjour, faites confiance au site de référence pour le transport en Côte d’ivoire. Nous savons que la réussite de votre séjour dépendra des conditions de transport.

C’est pour cette raison que TripAfrique à sélectionné des opérateurs locaux avec des bus sûrs et climatisés.

TripAfrique vous sera reconnaissant de lui faire part  à votre retour de vos impressions. En effet chaque client est unique et tous les commentaires déposés sur le blog serviront aux futurs voyageurs.

Crédit images : carnetdadresses.infogoafricaonline.comoipr.cixn expatmosaque rgbnews.abidjan.netsiganblog.wordpress.com

Abengourou : découverte TripAfrique

Nous vous faisons découvrir aujourd’hui Abengourou, découverte TripAfrique relativement récente. Abengourou, un chef-lieu de région pas très connu, pourtant riche en lieux touristiques et en manifestations culturelles en tous genres.

TripAfrique a sélectionné pour vous quelques endroits à visiter à Abengourou et dans sa région :

  • Le brief des hippopotames situés à Aniassué
  • La célèbre cathédrale Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus bâtie dans la ville d’Abengourou
  • Musée d’exposition des attibuts royaux
  • La cour Royale de l’Indénié
  • Le musée de Binger qui lui se trouve à Zaranou
  • Le musée Charles Et Marguerite Bieth et
  • Conservatoire régional des arts et métiers d’Abengourou (CRAMA)
  • Les palais royaux à Abengourou, et Agnibilekrou
  • Bloc de pierre de la traversée du fleuve Comoé par Abla Pokou à Béttié
  • L’école des féticheuses à Tanguelan
  • La tombe du docteur Noblia à Sankadiokro, etc…

TripAfrique vous emmènera aussi découvrir les lieux où se pratiquent les danses, où l’on célèbre les fêtes traditionnelles :

  • Danse royale du tam-tam parleur
  • Danse de l’Abodan
  • Danse culturelle exécutée en pays Agni A Amalekia
  • Danses traditionnelles du terroir à Abengourou, Zaranou, Amélékia Tanguelan, danse des princesses d’Agnibilekrou, Abengourou, et Niable
  • Fête de l’igname : La fête des ignames est célébrée chaque début d’année par les ethnies appartenant au groupe akan

La Géographie d’Abengourou

abengourou-carte

Située à 210 kilomètres au nord-est d’Abidjan, Abengourou est la dixième ville de Côte d’Ivoire en termes de population.

Elle compte environ 120 000 habitants et a une superficie de plus de 500 000 hectares. Abengourou est le chef-lieu de la région du Indénié-Djuablin, et fait partie du district de Comoé, limitrophe au Ghana.

Ses habitants sont les Abengourois (es). La langue officielle est le français, le dialecte régionale l’agnis, Abengourou étant le fief du peuple Agnis, issu du Ghana. Cette région du centre-est de la Côte d’Ivoire est formée par un conglomérat de plusieurs royaumes originaires du Ghana. C’est en effet perceptible jusqu’au nom de cette ville. Le nom Abengourou vient de l’expression “n’pékro” qui signifie en Ashanti (Ghanéen) je n’aime pas les palabres.

La région du Indénié-Djuablin, d’une superficie de 8 000 km², est peuplée d’environ 700 000 habitants, cosmopolites et jeunes.

Abidjan est à 210 kilomètres au sud d’Abengourou et Yamoussoukro, la capitale politique est à environ 250 kilomètres à l’ouest. Cette région jouit d’un climat subéquatorial avec un hiver sec, où la température moyenne annuelle est de 27,4°C. Il n’y a pas de période défavorable pour se rendre à Abengourou. Il faut savoir que les précipitations sont beaucoup plus importantes en été qu’en hiver (de mi-mars à mi-juillet).

La monnaie utilisée est le franc CFA (1€ = 656 FCFA). L’heure locale diffère de deux heures en moins avec Paris.

Comment se rendre à Abengourou

abengourou-avion

Le moyen le plus simple pour s’y rendre est de rejoindre la capitale économique Abidjan en avion. N’oubliez pas de vous munir d’un passeport avec un visa touristique.

De nombreuses compagnies (Air France, Corsair, Tunis air et Royal Air Maroc) relient la France à la Côte d’Ivoire.

Pour ensuite rallier Abengourou, il existe différents moyens.

Parmi eux : la location de voiture pour un coût de 300 à 500 euros la semaine pour une citadine.

TripAfrique vous conseille de louer un 4×4 avec chauffeur, les endroits les plus intéressants sont souvent inaccessibles. Il faut savoir que les contrôles policiers sur les routes sont extrêmement nombreux. Les autorités sont intransigeantes concernant les papiers lorsqu’on roule.

On peut également profiter des compagnies de transport en commun qui assurent quotidiennement la liaison Abidjan-Abengourou. Trois compagnies dispensent ce trajet en minibus et cars) depuis la gare routière d’Adjamé pour un coût modique.

À propos du logement, la location d’une chambre dans l’un des nombreux hôtels de la ville est très accessible. L’offre est plurielle, et dépend de vos attentes. Il faut compter entre 8 000 FCFA et 30 000 FCFA la nuitée (entre 12 et 45 euros).

Pour s’imprégner pleinement de la culture ivoirienne, on peut également choisir de se loger chez l’habitant. Dans ce cas, pour un prix équivalent à une petite chambre dans un hôtel (entre 5 et 20 euros).

Partir à Abengourou : les prérequis sanitaires

abengourou-sante

N’hésitez pas à vous rapprocher de l’office de tourisme de Abengourou qui a pour mission d’instruire et d’orienter précisément le voyageur. Concernant les prérequis sanitaires, il est obligatoire d’être vacciné contre la fièvre jaune pour entrer dans le pays. Un contrôle de routine du carnet de vaccination est effectué à l’arrivée en Côte d’Ivoire. Un traitement prophylactique préventif est recommandé pour les courts séjours en Côte d’Ivoire. Pour éviter la contraction de certaines maladies dans le pays, il vous est également fortement conseillé de prendre vos dispositions. TripAfrique conseille (moustiquaires, répulsifs, traitement.). Avant votre départ, il convient de consulter un médecin ou un centre de vaccination maladies tropicales.

Les beautés d’Abengourou et de sa région

Le conseil régional de l’Indénié-Djuablin a pour but de faire de cette région une plateforme développée. Sa mission : valoriser toutes les potentialités touristiques et richesses naturelles que la région détient. Une mise en œuvre toute particulière est consacrée à l’essor économique et touristique. Ses habitants sont enthousiastes à l’idée de partager une culture et des valeurs ancrées au plus profond de la tradition.

La région et d’Abengourou est un lieu incontournable du tourisme en Côte d’Ivoire. Et ce grâce à la diversité de sa population, de son patrimoine Akan, de ses lieux merveilleux.

L’agriculture et l’agrotourisme dans la région d’Abengourou

abengourou-cacao

L’agrotourisme très présent dans les forêts denses de la région d’Abengourou, permet de visiter d’immenses zones de cultures agricoles. Ce secteur emploie une majeure partie de la population locale. On y cultive, comme dans la plupart du territoire ivoirien, du café et du cacao mais aussi de l’hévéa.

On compte également un nombre important de maraîchers et de vivriers.

abengourou-marche

La gastronomie dans la région d’Abengourou

Cette richesse agricole stimule l’optimisme concernant l’émergence économique et touristique de la région d’Abengourou. On recense en effet une centaine de maquis et restaurants gastronomiques dans les différents quartiers de la ville. Les prix sont raisonnables (de 500 FCFA à 10 000 FCFA selon le prestige de l’établissement). On pourra notamment déguster des spécialités locales tels que le diabetro ou l’assiakloua en outre de la gastronomie ivoirienne.

Les incontournables d’Abengourou par TripAfrique

abengourou-camar

Pour profiter de la variété de la végétation et des espèces de la région d’Abengourou, rendez-vous à Aniassué. Commune où on a la chance de découvrir un parc naturel accueillant des hippopotames, connu de tous les locaux.

De nombreux lieux ayant la culture comme vecteur principal se trouvent à Abengourou. Notamment le célèbre Musée Charles Bieth, musée qui a vu le jour en 1969. Ce musée accueille dans ses bâtiments une des écoles de peinture les plus réputées du pays. Elle a notamment permis aux peintres Drissa DIARRA ou Aboudia de devenir de grands noms de la peinture africaine. On peut également se rendre au CRAMA d’Abengourou (Conservatoire des arts et métiers). Ici de nombreuses expositions mettent elles aussi en exergue la culture moderne ivoirienne et mondiale. A quelques kilomètres au sud-est d’Abengourou, vous pourrez profiter du Musée de Binger à Zaranou, logé dans une bâtisse sublime.

De plus, il est inconcevable de se rendre dans la région sans profiter de :

L’architecture et du patrimoine des Palais royaux à Abengourou et ceux d’Agnibilekrou

Ces lieux restent des lieux très prisés de la part des touristes.

Située au sein de la cour royale, le musée des attributs royaux vous fera découvrir l’histoire de la culture royale. Endroit privilégié pour observer des objets du patrimoine culturel des Agnis-Indénians entreposés pour le plus grand bonheur des amateurs.

A voir aussi, la grande Cathédrale Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus située à Abengourou.

Les visiteurs de la région pourront également s’imprégner d’autres édifices.

Par exemple le “Bloc de pierre du fleuve Comoé” ou la pierre tombale du docteur Noblia se situant à Sankadiokro.

Du côté des traditions dans la région d’Abengourou

abengourou-fete

La culture et les traditions occupent une place sacralisée dans la société ivoirienne et surtout dans le quotidien des habitants.

C’est une des raisons pour laquelle vous pourrez donc assister à différentes représentations de danses traditionnelles. A Abengourou, Zaranou, Amélékia ou Tanguelan qui sont des localités à quelques pas d’Abengouru. On pourra profiter d’un spectacle de danse des princesses d’Agnibilekrou et d’Abengourou, de la danse locale du tam tam parleur. A voir, aussi les danses de réjouissance (Abodan, le Kiniankpli, le Grolo). La fête de l’igname est aussi un rendez-vous à ne pas manquer concernant la culture Akan. Cette fête célèbre la fin des récoltes agricoles en symbolisant le début de l’année en pays Akan. Célébrée à des dates différentes selon les régions, elle donne lieu à des cérémonies rituelles et des festivités somptueuses que les habitants du royaume perçoivent avec un enthousiasme débordant.

Des festivités sont également organisées pour commémorer les funérailles ou l’intronisation du Roi. Ces cérémonies satisferont n’importe quel voyageur friand de découvertes et avide de connaissances.

À Abengourou comme les traditions et les valeurs sont omniprésentes, vous pourrez avoir la chance d’apprécier une pratique assez insolite. Animés par de vives croyances, les populations locales ont la coutume de consulter des génies spirituels et autres âmes ancestrales. Ils font appel à des “Kômians” qui sont des prêtresses prêchant des louanges traditionnelles dans les monastères d’Aniassué et Tanguelan.

Abengourou est souvent qualifiée de « Cité de la Paix »

abengourou-cite-de-la-paix

Cette terre regorgeant de multiples ressources, a une vocation à être un lieu de passage et de regroupement de populations. Des populations aux croyances et aux expressions diverses, ce qui en fait une immense terre de cultures et de partage.

Découvrir les marchés locaux, les différents artisans ainsi que les us et coutumes deviennent une partie de plaisir infinie. Ceci retranscrit le génie populaire ivoirien à travers l’humanisme dont ils font preuve. Grands bazars ou petits étals, ceux-ci présentent des produits d’une complexité gustative, visuelle et olfactive qui éveille la curiosité.

Site d’une richesse luxuriante et unique, Abengourou et ses alentours vous feront découvrir des contrées rafraîchissantes, un paysage exceptionnel.

Conclusion

Abengourou vous l’avez compris est une destination originale et riche d’endroits à découvrir. TripAfrique vous organisera un voyage clé en main en vous faisant profiter des moyens de transport les plus adaptés.

Riche en traditions et en culture, Abengourou et sa région vous offrent une multitude de visites à effectuer. A la lecture de cet article, vous avez pu comprendre la diversité de cette région. Par contre les conseils de TripAfrique vous permettront d’accéder dans les meilleures conditions aux plus beaux sites.

L’avantage en réservant à l’avance via le site : TripAfrique, vous n’aurez pas de mauvaise surprise. Dès votre arrivée, vous serez orientés et pris en mains par les partenaires de TripAfrique. Surtout, n’hésitez pas à nous faire part de vos impressions sur notre blog

Crédit image : geniesenherbe.cifr.weather-forecast.comaircotedivoire.comrfi.frcecb-ci.orgmairieabengourou.cimairieabengourou.ciledebativoirien.netwikipedia

Dabou : Découverte TripAfrique

Rendez-vous à Dabou grâce à la découverte TripAfrique. Située à 49 km d’Abidjan, Dabou est un chef-lieu de commune, de sous-préfecture et aussi chef de département. La commune de Dabou donne sur le littoral. Mais de l’intérieur, elle est située en pleine zone forestière. Ce chef-lieu est constitué de quarante-un villages et de deux autres sous-préfectures.

Regard sur la population de Dabou

La population de Dabou était estimée en 2014 à 88 430 habitants. Le maire actuel est Monsieur Sess Soukou Mohamed. Dabou fait partie de la région des grands ponts.

La population est constituée d’autochtones Adjoukrou et Abidji (deux groupes ethniques du grand groupe Akan en Côte d’Ivoire). Elle est aussi constituée d’allogènes, de ressortissants de pays Africains, des Européens, des Asiatiques. La commune de Dabou est subdivisée en plusieurs quartiers dont : Méréville (cité résidentielle), la cité Caïman, le quartier Bastos, le quartier Rôde, le quartier Tchotchoraf, l’Ancien quartier et le Plateau…

dabou-decouverte-tripafrique-carte-dedabou-source-fr-weather-forecast-com

Quelles sont les activités principales des populations de Dabou ?

Elle est constituée d’agriculteurs, de fonctionnaires, de personnels de sociétés privées et de personnes travaillant dans l’informel.

L‘agriculture

La ville se situe en zone forestière et l’activité principale des habitants est l’agriculture. On y retrouve d’immenses plantations à caractère industriel. En général ce sont les plantations de compagnies opérant dans l’agroalimentaire ou dans le négoce de produits agricoles. S’étendent à perte de vue des plantations d’hévéa, de palmier à huiles, de manioc, de maïs et de fruits divers. L’hévéa est cultivé en très grande quantité dans cette région. Vous avez des sociétés et usines assermentées telles que la SAPH qui sont implantées à Dabou.

Le petit commerce

 A Dabou vous trouverez des petits commerces telles que les ventes de nourritures, de biens manufacturés, de produits de pèche et de chasse. Vous avez également à côté de ces petits commerces tenus par des locaux, les grands magasins. Ces derniers sont en général tenus par des Syro-Libanais ou par des particuliers Ouest Africains. Mais certains autochtones arrivent à tirer leur épingle du jeu.

La vente de poissons et fruits de mer

Si vous souhaitez déguster du bon poisson, et de bons fruits de mer, rendez-vous à Dabou.

Chaque soir c’est la course au débarcadère par les femmes. Elles prennent d’assaut ce lieu afin d’acheter en gros et à bon prix les poissons et fruits de mer. Ensuite, ces produits seront revendus frais dans les marchés. Soit encore, les femmes vont faire le séchage, le fumage des poissons. C’est très prisé les poissons fumés dans les mets des Ivoiriens, et il est revendu beaucoup plus cher.  Il existe également des piscicultures qui proposent de bons poissons. Mais en général, les femmes de Dabou préfèrent acheter les poissons des fleuves et lagunes. Elles disent que leur chair est plus fine, plus savoureuse. Les soupes de poissons des femmes Adjoukrou font partie des meilleures du pays.

Le bon attiéké de Dabou

dabou-decouverte-tripafrique-un-plat-dattieke-accompagne-de-poisson-source-ivoirebouffe1En Côte d’ivoire, l’attiéké est un plat accompagné de grillades ou de sauces. Il est préparé et est vendu à tous les coins de rue. Aussi, c’est un plat vendu à un prix dérisoire, de sorte que même les plus pauvres peuvent se l’offrir. Dabou est passé maitre dans l’art de la fabrication de l’attiéké. Vous y avez du très bon attiéké. En général, les populations vivant sur Abidjan se ravitaillent sur Dabou car elle fait partie des grands producteurs d’attiéké.  La fabrication est faite soit artisanalement par des individus soit de façon industrielle par des coopératives. Si vous voulez découvrir et déguster le plus délicieux attiéké, rendez-vous dans cette ville.

Les fêtes culturelles à Dabou

Vous avez comme fêtes culturelles à Dabou : le low, l’Eb-eb et la fête des ignames. Ce sont les festivités les plus importantes dans cette localité. Je vous invite vivement à y participer un jour. Quel folklore !!! La tradition est bien ancrée dans les cœurs des populations, et ceci est à saluer pour la protection et la valorisation de la culture.

La fête de génération ou la fête du Low

Comme tous les peuples Akan, les Adjoukrou célèbrent la fête de génération.

La fête du LOW marque l’initiation à la maturité des différentes tranches d’âges, de catégories. Elle concerne les jeunes de 18 à 25 ans et est obligatoire. Elle se déroule chaque 2 ans entre aout et septembre et s’étend sur quelques semaines en fonction des villages. Vous avez 7 classes d’âges regroupées en 4 catégories. L’adolescent à travers son initiation passe à l’âge adulte et est catégorisée dans une classe d’âge bien précise pour toute sa vie. Au programme de la fête, vous avez la cérémonie d’initiation des ‘’nouveaux adultes’’ dans la forêt sacrée. Puis enfin, ils sortent du bois pour une sorte d’exposition sur la place publique. Vous avez également des danses guerrières, des défilés, la parade du roi dans le village et plusieurs autres activités et présentations. C’est une véritable ambiance festive.

La fête de l’Eb-eb

La fête de l’Eb-eb consacre l’intronisation des patriarches pour la gestion des affaires du village. A la différence du LOW qui initie les ‘’jeunes’’ du village à l’âge ‘’adulte’’, l’Eb-eb consacre une classe d’âge au pouvoir pour une durée de 8 ans. C’est également une fête très célébrée. Elle attire du monde de partout en Côte d’Ivoire vers les villages de Dabou où elle est célébrée. Cette fête est la plus importante à mon sens des 3 grandes fêtes culturelles à Dabou et environs.

dabou-decouverte-tripafrique-fete-des-patriaches-eb-eb-dabou-source-youtube-com

La fête des ignames à Dabou

La fête de la nouvelle igname est également célébrée à Dabou et les villages environnants. Elle marque le début de la consommation de la nouvelle igname dans les ménages. C’est également après cette cérémonie que les ignames peuvent être commercialisées dans la région.

Elle est une fête de purification du village par le roi. C’est aussi une fête de reconnaissance et de remerciements aux esprits des ancêtres qui ont permis au village de pouvoir cultiver et récolter la nouvelle igname. Enfin, on confie au cours de cette cérémonie le bien-être des populations, du village, la bonne marche des affaires, la santé, la communion fraternelle aux ancêtres gardiens du village.

Se loger et se nourrir de passage à Dabou

Proche d’Abidjan, Dabou regorge d’hôtels, de restaurants et de maquis de qualité.

Les hôtels

  • L’une des références est « L’autre rive » cadre enchanteur qui surplombe la ville de Dabou. A partir des chambres et des balcons, vous avez une vue magnifique sur la ville de Dabou ainsi que les cours d’eau du littoral. Leurs chambres sont bien équipées, toujours bien tenues, propres, bien décorées. Le personnel est aussi accueillant. Vous pouvez également vous restaurer dans cet hôtel si vous êtes juste de passage à Dabou. Leurs plats sont succulents. L’autre rive vaut vraiment le détour, pour toutes escapades les week-ends tout comme en semaine quand on ressent le besoin de s’évader.
  • Un autre cadre enchanteur est l’hôtel Akparo. C’est un magnifique hôtel qui rappelle les demeures victoriennes des pays européens. Vous avez un jardin, une piscine, un personnel tout aussi accueillant et à l’écoute des clients.
  • Le complexe hôtelier N’bâfré est aussi à visiter. Vous avez droit à tout le confort dont vous avez besoin. Vous pouvez également vous y restaurer.

dabou-decouverte-tripafrique-une-vue-de-lhotel-akparo-de-dabou-source-ivoireboussole-ci

A quels endroits se rendre pour déguster des plats du terroir ?

Pour pouvoir manger typiquement Abidji ou Adjoukrou, on peut se rendre au :

  • Nouveau Garos situé à Mermeville près de la nouvelle mairie de Dabou
  • Maquis La Terrasse situé aussi à Mermeville de l’autre cote de la grande voie
  • Maquis restaurant Lokiyi qui se trouve aussi à Mermeville face à la grande école CESTIA.

Dabou : découverte TripAfrique

Il faut en principe moins d’1 heure pour effectuer le voyage d’Abidjan à Dabou et vice versa. On peut se rendre aux différentes gares situées soit à Adjamé, soit à Yopougon à l’extrême nord de la ville et encore plus proche de Dabou. Les compagnies de car « Gamond et Frères » et « Le Fonctionnaire » disposent de cars propres, spacieux et climatisés.

Du fait de sa proximité avec Abidjan, Dabou est le lieu de résidence de nombreux travailleurs dont les bureaux se trouvent à Abidjan ou vice versa. Les compagnies de transport sont nombreuses et commencent à desservir de 4h du matin à 23h, à toutes heure. On peut aussi s’y rendre quand on ressent le besoin de fuir les bruits de la ville, à la recherche d’un coin paisible en bordure d’eau.

Plus besoin de vous embrouiller dans les gares pour vos déplacements sur Dabou. TripAfrique à travers ses partenaires routiers vous facilite la tâche. TripAfrique à titre de rappel est une compagnie de vente en ligne de tickets dématérialisés. Elle est professionnelle, sérieuse et est légalement immatriculée. Au cours de ses promotions, vous pouvez bénéficier de billets gratuits ou de prix dérisoires.

Avec TripAfrique, plus besoin de faire la queue au guichet, plus besoin de surcharge. Vous réservez votre ticket en ligne.  Il vous suffit d’être présent une quinzaine de minutes avant l’embarquement du car de la compagnie que vous aurez choisi.dabou-decouverte-tripafrique-avec-tripafrique-plus-besoin-de-surcharge-reservez-en-ligne-et-voyagez-en-toute-securite-sourceimgrum-net

Conclusion

Non loin d’Abidjan, de Jacqueville et de Grand- Lahou, la commune de Dabou est bien située pour une balade sur les plages. Pour des balades ou des déjeuners, pensez-y.

A l’approche des fêtes culturelles, Dabou est pris d’assaut par les ressortissants et leurs invités pour célébrer ces fêtes culturelles. Pensez surtout TripAfrique. Réservez et achetez vos tickets de compagnies de cars avec TripAfrique pour éviter les retards, les cas de vols dans les gares. Je ne vous le cache pas, dans ces périodes, les voleurs dans les gares sont aussi de la fête.

Crédit image : youtube.comardci-rd.orgyoutube.comnews.abidjan.net

Green Valley : Découverte TripAfrique

Après une semaine de travail acharné, où passez un bon week-end bien mérité ? Green Valley  !!! Hum … est-ce un cadre agréable et merveilleux ? Ça ne vous coute rien de tenter le coup puisqu’il est accessible à quelques minutes de voitures. TripAfrique est là pour vous guider dans les moindres détails depuis chez vous, jusqu’à Green Valley. Peu importe que vous soyez à Abidjan ou à Man ou encore à Biankouman.

green-valley-decouverte-de-green-valley-source-cotedivoiretourisme-ci

Vous êtes les bienvenues pour aller à la découverte d’un site de rêve, Green Valley avec une référence : TripAfrique.

Où est situé Green Valley et comment y accéder ?

Finis les week-ends monotones et ennuyants dans les mêmes endroits, les mêmes villes et que sais –je encore ? Green Valley un cadre discret et paradisiaque est là pour vous accueillir et vous offrir tout ce que vous n’imaginez pas. C’est un club et village de vacances situé dans le village de Brofodoumé, sur la route de Grand Alépé. Il est à environ 15mn d’Angré II plateaux au Nord d’Abidjan. Peu importe votre position sur la carte de la Côte de d’Ivoire, vous y avez accès.

Arrivez tout simplement à Abidjan par l’une des compagnies conseillées par TripAfrique. Ensuite rendez-vous à Abobo puis prenez la route d’Alépé et à quelques kilomètres, vous y trouverez l’endroit de vos rêves. C’est un complexe bien organisé où les activités récréatives sont savamment reparties. Elles sont classifiées par tranche d’âge, d’un côté les activités pour enfants et de l’autre pour adultes. A Green Valley on y trouve des aires de picnic, des chemins de randonnées ou de VTT et une piscine.

Nous avons aussi un hôtel et une boite de nuit pour les fans de dancing. A cela s’ajoute des activités très éducatives et fortes intéressantes, ce sont l’agro et l’éco-tourisme. Ce n’est pas évident pour vous de connaitre tous les bons coins de la ville. TripAfrique s’en est chargée pour votre grand bonheur. Rendez-vous sur son site http://tripafrique.com/ pour y faire une réservation de ticket du bus qui vous conduira à Green Valley. Voyons à présent de près ce qui fait la particularité des lieux.

L’agro et l’éco tourisme

green-valley-lecotourisme-suivi-de-presentation-source-laguneinfo-net

Green Valley vous offre une multitude d’activités agro et éco touristiques. La plupart d’entre vous une fois au resto, aiment commander le poulet rôti ou le poisson braisé, n’est-ce pas ? Combien d’entre savent pêcher ou même prendre soin d’un poisson en captivité ou d’un poulailler ? Hein ! Une personne sur dix ou une sur cent. Par ailleurs vous êtes beaucoup à adorer le chocolat.

Alors si on vous posait la question de savoir quel est le fameux fruit à base du chocolat ? Je n’en doute pas que vous direz probablement tous le cacao. Mais entre nous, combien connaisse le cacao et en ont vu ne serais ce qu’une seule fois le fameux cacaoyer, l’arbre dont le fruit est le cacao ? Pareil pour l’hévéa, nous utilisons presque tout le temps les objets à base de caoutchouc. Les plus courants et populaires sont les chaussures, les tétines de bébé et les pneus de véhicules.

Mais combien de personnes ont déjà vu le caoutchouc naturel ou mieux encore l’arbre du caoutchouc, l’hévéa ? Green Valley dans ce programme spécial consacré à l’agriculture, vous donne l’ultime occasion de vous instruire. Pendant votre séjour dans ce complexe vous irez à la pêche, et visiterez un étang spécialement aménagé pour la pisciculture. Vous y verrez les différentes variétés de poissons d’eau douce. Vous connaitrez par la même occasion, la pêche à la ligne et aussi au filet.

A cela s’ajoute la visite d’un poulailler suivie d’une formation en élevage de volaille. Juste après cette formation vous iriez voir les cacaoyers et les hévéas. Vous toucherez des mains les cabosses de cacao et vous assisterez à une saigner d’hévéa. Le but de cette saigner est de libérer la sève qui sera recueillie dans un bol. Cette sève qui est appelée caoutchouc ou latex.

Les autres espaces de divertissement de Green Valley.

green-valley-espace-de-divertissement-source-babiinside-com

En plus des activités agro touristiques, Green Valley a d’autres espaces de divertissement bien équipés et adaptés à vos besoins. Ce sont les chemins de randonnée ou de VTT, sa belle piscine et ses aires de piquenique. Tous les visiteurs ne sont pas logés à la même enseigne, parce que chacun a ses préférences. Le complexe pour satisfaire sa clientèle tient compte du moindre détail. Elle a à cet effet diversifié ses attractions touristiques pour combler les désirs de tous.

Pour ceux qui aiment la nage ou les balades en pirogue, vous avez une belle piscine et un plan d’eau. La piscine est équipée de deux bassins, un pour les enfants et l’autre pour les adultes. Pour les amateurs de ballade en pirogue, un plan d’eau bordée de verdure vous offre un beau panorama sur les hévéas. Il faut souligner que Green Valley est entouré d’une forêt de plus hectares d’hévéas. Il y a aussi un espace de jeu dédié spécialement aux enfants avec tout ce que vous pouvez imaginer.

A Green Valley vous pouvez vous exercer à la randonnée pédestre ou à VTT.   En effet souvent pour bien se détendre une activité physique contrôlée est conseillée. Après ces exercices viennent la séance de relaxation et de repos. Parlant de repos Green Valley ne fait pas dans la dentèle, il vous offre un superbe hôtel très confortable.

Un hôtel très confortable assorti d’une boite de nuit.

Parlez de détente revient aussi à parler d’un cadre de repos si bien en plein qu’en espace clos. Ce complexe a prévu tous ces détails. En plus de ses espaces de rencontre en plein air, on a un somptueux hôtel équipé d’une boite de nuit. Vous pourriez vous reposez en paix et dans une chambre confortable après une soirée passée en boite de nuit.

green-valley-espace-de-rencontre-source-cotedivoiretourisme-ci

La compagnie TripAfrique ne fait rien par hasard, en sélectionnant le complexe Green Valley, elle était sure que tout y était pour vous plaire et vous inciter à une visite des lieux.

En effet si vous vous décidez de visiter Green Valley, payez votre ticket en ligne sur TripAfrique. Rendez-vous sur place pour confirmer de visu le cadre magnifique de ce complexe. La possibilité vous est offerte ainsi qu’à vos proches, de découvrir le cacaoyer et le cacao, l’hévéa et le caoutchouc. Vous participerez à des formations de pêche à la ligne et au filet. En plus les tarifs sont abordables pour les visiteurs.

Par exemple la piscine ne coute que 2000 f CFA pour la journée pour le grand bassin. Pour les enfants c’est 100 f CFA pour le petit bassin. TripAfrique a choisi ce complexe pour vous parce qu’il est plein de surpris agréable. Vous y reviendrez à coup sûr.

Les avantages d’un séjour à Green Valley.

Un séjour à Green Valley  renferme de nombreux avantages pour vous et vos proches. En effet il est de plus en plus rare avec l’urbanisation galopante d’avoir un tel complexe avec toutes les attractions. C’est un espace qui rompt avec la monotonie et traintrains hebdomadaires de nos maquis et boite de nuit. C’est un espace très écologique où vous avez la possibilité de faire le plein d’oxygène. Vous pouvez aussi participer à des activités récréatives et faire de nouvelles rencontres professionnelles et amicales.

A cela s’ajoute d’autres activités éducatives sur l’agriculture, la pisciculture et l’élevage.

Crédits images : Côte d’Ivoire TourismeBabiinsideLagune info