Le Festival de Kerkennah avec Visiterlafrique et TripAfrique

«Kerkennah 01» : Le Festival International de la Photographie et des Arts Visuels en Tunisie

TripAfrique vous invite à découvrir les richesses d’Afrique avec ses partenaires. Le festival de Kerkennah en Tunisie.

Depuis le 21 juin 2018, se tient à Kerkennah la première édition du Festival international de photographies et d’arts. Vous avez jusqu’au 27 juin pour vous rendre à “Kerkennah 01”. Au programme : expositions, rencontres, projections et débats. Le festival a déposé ses bagages sur les 14 îles de l’archipel de Kerkennah.

Les Kerkennah sont un archipel tunisien de la mer Méditerranée situé à 17,9 kilomètres au large de Sidi Mansour, dans la périphérie nord-est de Sfax. Administrativement, il constitue une délégation rattachée au gouvernorat de Sfax, composée de dix imadas, mais aussi une municipalité.

Il est composé de deux îles principales — Gharbi, aussi appelé Mellita du nom du village qu’elle abrite, et Chergui ou Grande Kerkennah — et de douze îlots, Gremdi, Roumadia, Rakadia, Sefnou, Charmadia, Ch’hima, Keblia, Jeblia, El Froukh, Firkik, Belgharsa et El Haj Hmida. Le périmètre de l’archipel dépasse 160 kilomètres. Gharbi et Chergui sont reliées entre elles par une chaussée d’une longueur de 600 mètres existant dès l’époque romaine. La principale route asphaltée, qui traverse l’archipel entre Sidi Youssef à l’extrémité ouest et Kraten à l’extrémité est, mesure presque 45 kilomètres.

La troupe folklorique de Kerkennah composée de quatre musiciens et chanteurs, habillés en tenue traditionnelle blanche et rouge, se produit lors des cérémonies, notamment de mariages. Ils présentent une chorégraphie de groupe et pratiquent l’élégie (midh) dans le cadre de chansons du terroir.

Le musée du patrimoine insulaire méditerranéen situé à El Abassia, village de l’île de Gharbi, est un musée privé ouvert à la fin 2004 sous l’égide du Centre Cercina pour les recherches sur les îles méditerranéennes dirigé par l’universitaire Abdelhamid Fehri. Dans une maison traditionnelle, il propose un parcours mettant en valeur l’histoire de l’archipel, ses productions artisanales voire quelques curiosités — comme un squelette de cétacé échoué mystérieusement sur le rivage — à travers des objets, des scènes reconstituées et des décors architecturaux.

Le tarf est une tapisserie brodée aux couleurs vives à dominante rouge originaire de l’archipel.

Train urbain Abidjan : fin d’une galère de transport ?

Le train urbain Abidjan apparait comme une délivrance quand vous avez connu la galère liées aux autobus. Les attentes infernales aux arrêts de bus et aux différentes gares routières qui finissent par vous lessiver totalement. Les pickpockets, de leur côté, sont toujours prêts à profiter des attroupements pour faire leur salle besogne. Hélas ! Voyez comment il y a beaucoup de difficultés dans ces moyens de transports traditionnels.

Toute fois même si le train urbain est un salut pour les abidjanais, il faudra respecter certaines consignes sécuritaires. Voici quelques astuces et dispositions pour voyager paisiblement.

Train urbain Abidjan : quelles dispositions prendre pour voyager paisiblement ?

Pour profiter des différents avantages du train urbain, les abidjanais doivent changer certains de leur comportement. Cela ne veut pas dire qu’il faille changer ses habitudes alimentaires ou vestimentaires, pas du tout. Si vous avez l’habitude de prendre du « placali» ou du « garba» au petit déjeuner, ne vous gênez surtout pas. Pourvu que ça ne vous fasse pas dormir pendant le voyage. Car le train ne fera pas de marche arrière s’il dépasse votre arrêt.

Vous n’y êtes pas obligés non plus de vous mettre en veste ou manteau avec une échappe au cou. C’est le train que vous prenez et non pas l’avion pour l’Europe où l’Amérique. Les comportements dont on veut parler sont ceux qu’ils faillent adopter avant, pendant et après le voyage. En la matière, plusieurs consignes d’usage existent. Mais TripAfrique a pris le temps de vous sélectionner les plus courantes et indispensables.

Tous ceux qui observeront ces mesures seront satisfaits du service offert par le train urbain et pourront apprécier cette innovation. L’essentiel c’est de vous permettre de rallier vos lieux de travail, vos domiciles et aussi vos lieux de Rendez-vous. L’une des consignes importantes c’est l’achat du ticket d’embarquement. Où les avoir et comment les acheter ?

La réservation ou l’achat préalable de votre ticket d’embarquement

train-urbain-abidjan-reservation-des-tickets-decathlon-fr

Si vous êtes habitués à acheter vos tickets à l’intérieur du bus, alors changer cette habitude. Car il n’y a pas de guichetier à l’intérieur du train urbain. Le seul machiniste s’il y en a, est celui qui s’occupe de l’ouverture et la fermeture des rames aux arrêts. Alors en attendant que l’on vous indique les endroits d’achat des tickets, une alternative s’offre à vous. C’est l’achat de vos tickets en ligne.

En effet c’est une solution innovante que TripAfrique a trouvé pour vous. Par ailleurs, elle vous conseille de réserver ou d’acheter vos tickets en ligne via sa plateforme. Celle-ci a déjà fait ses preuves et elle n’est plus à présenter. Plusieurs compagnies de transports de biens et de personnes y sont partenaires. L’accès de la plateforme est facile et l’utilisation est un jeu d’enfant.

Tout le monde peut s’y rendre pour une visite de l’interface et des différentes rubriques. Vos opérations y sont sécurisées. Vous avez vos tickets en un clic et aussi plusieurs informations. Ces informations sont capitales pour vous et cela concernent ce mode de transport moderne que vous ne maitrisez certainement pas. L’avantage avec TripAfrique, vous ne serez pas dépaysés parce que vous aurez eu toutes les informations au préalable.

Néanmoins n’oubliez pas de passer en revue certaines consignes utiles. En effet, assurez-vous toujours d’avoir pris le ticket avant de vous précipiter sur le quai pour l’embarquement. Attention aux fraudeurs, ici il n y a pas moyen de « jumper »(sauter par les fenêtres). Ou alors de dire aux contrôleurs : « J’ai oublié mon ticket dans la poche de mon ami qui vient de descendre ». Tout le monde doit avoir son ticket. En plus de l’achat préalable de son ticket de voyage, il faut être à l’heure au quai.

Le respect strict des horaires

train-urbain-abidjan-toujours-a-lheure-jlggb-net

Avec le train urbain, la ponctualité est de mise. Car s’il est rapide et à l’heure, c’est parce que les horaires de départs et d’arrivées sont connus et respectés. Vous êtes donc obligés d’être à l’heure, car il n y a pas d’heure africaine, l’heure est universelle pour tous. Une fois qu’il est l’heure, le train part avec ou sans vous. Assurez-vous donc de bien maitriser les horaires de voyage et soyez ponctuels au quai.

Finis les longues files interminables d’attente dans les différentes gares routières. Le train a une fréquence régulière de passage et si vous respectez les consignes horaires, vous n’aurez pas de problème. Le fait d’utiliser ses propres installations et son propre trajet, rend la circulation de cet engin très fluide.

Au-delà de ces dispositions avant l’embarquement, le comportement à tenir pendant le voyage est important pour tous les usagers. Il s’agit là de la protection de vos biens.

Comme on le dit souvent  « l’habitude est une seconde nature », mais si cette nature nous pose préjudice autant s’en défaire. Ce n’est pas pour vous faire peur, bien au contraire c’est pour permettre de passer d’agréable moment dans ce train.

La vigilance comme priorité

Une fois à l’intérieur du train, soyez vigilance et protéger vos biens. Car en dehors de l’avion qui est hyper sécurisé, tous les autres modes de transports présentent des failles. Que ce soit dans l’autobus ou le train, le mode opératoire est le même pour ces pickpockets. Ne vous fiez jamais aux apparences, comme on le dit souvent « l’habit ne fait pas le moine ». Par exemple ce monsieur tiré à quatre épingles juste à côté de vous, savez-vous qui c’est ?

train-urbain-abidjan-vigilance-rts-ch

Je parie que vous lui donnerez votre sacoche juste le temps de nouer vos lacets. Sachez que vous venez de vous «jeter dans la gueule du loup ». C’est un truand qui lorgne votre sacoche depuis le quai d’embarquement. Certains comportements sont à bannir dans les transports en commun en général et le train en particulier. Ne vous laissez surtout pas distraire durant le voyage. Les arnaqueurs et les filous sont spécialistes des mises en scène pour distraire ou endormir l’esprit de leur future victime.

L’erreur qu’il faut éviter dans le train, c’est de manipuler son téléphone de dernière génération ou son ordinateur high tech. Très souvent certains passagers tombent dans le piège du confort des trains. En effet très bien installés certains usagers se surprennent en train d’achever le boulot qu’ils n’ont pu finir au bureau. Pour d’autres, ce sont des parties de chat sur leur téléphone. Ce que vous ne savez pas en revanche, que ce soit le téléphone ou l’ordinateur portable, ces deux appareils attisent les convoitises.

Donc servez-vous en cas de nécessités, sinon évitez de le faire. Car dans le train urbain on ne sait pas vraiment « qui est qui » et qui fait quoi ». Ceux qui ont les yeux sur vous, ne sont pas forcément les bons. Alors prenez-en garde.

Conclusion

TripAfrique tenait à vous sensibiliser sur les aspects sécuritaires du train urbain. Elle profite de cela pour vous montrer certaines astuces en vue de faciliter votre voyage. En effet l’on n’est très souvent compté parmi les premières victimes de ces nouveaux moyens de déplacements par naïveté. On croit que ces nouveaux moyens de transports par les aspects high tech, empêcheront le mauvais comportement de certains usagers. Pas du tout, ils se donnent seulement un temps d’adaptation pour recommencer leur sale besogne.

Cet article vise à vous ouvrir les yeux sur la réalité des transports publics plus spécialement du train urbain.

Crédits images : afribaba.info , decathlon.fr , jlggb.net , rts.ch 

Aboussouan Transport et Tripafrique annoncent un partenariat stratégique

Aboussouan Transport et TripAfrique annoncent un partenariat stratégique pour le bonheur des voyageurs entre Abidjan et Agboville. Agboville est une ville située à environ 79 Km d’Abidjan.  J’ai connu cette ville dans mon adolescence grâce à ma mère. On y allait pour s’approvisionner une fois par mois dans les produits vivriers. Les villages situés aux alentours de cette ville vendent en bordure de route les produits de leurs champs ou de la chasse. Ce sont en général des fruits, des légumes, des tubercules, des escargots, des poissons fumés, des viandes de brousse. On y allait très tôt le matin pour éviter les embouteillages monstres au niveau du corridor d’Abidjan.

Venez avec l’équipe Tripafrique, nous partons à Agboville pour un tour.

Tourisme à Agboville

Petite ébauche sur la célébration de la fête des ignames à Agboville

Chez les Abbey comme chez tous les autres peuples Akan, la fête des ignames est une célébration très importante. Elle se déroule une fois dans l’année. Elle précède la consommation de la nouvelle igname par les populations. Ou encore sa vente dans les marchés et lieux publics. Cette fête est célébrée dès les premières productions d’ignames. Elle est surtout marquée par des sacrifices, des rituels et ensuite les festivités. Le village d’Ery-Makouguié 1est le premier à le célébrer. Après ce sera le tour de chaque village.

aboussouan-transport-et-tripafrique-annoncent-un-partenariat-strategique-le-chef-de-village-lors-de-la-fete-des-ignames-a-agboville-source-rezoivoire-net

La fête des ignames est célébrée en début du mois de juillet pendant 6 jours. L’ouverture est faite par le chef de terre du village hôte. C’est-à-dire le Nanan d’Ery-Makouguié 1. Cent quatre (104) villages sont donc concernés par cette célébration. Pour certains groupes Akan, la purification des lieux intervient quelques jours avant la fête des ignames. Ici à Agboville, c’est plutôt le contraire. Vous avez la célébration de l’igname précoce en juillet et la période de purification en Septembre qui constitue elle aussi une grande fête.

L’ambiance de la fête du Mirikpo

Ery-Makouguié 1 se situe à 3 Km d’Agboville . Nous y voilà un 8 juillet pour célébrer la fête de l’igname précoce. Je suis un super fan de la bouffe Abbey. Ce que j’aime surtout c’est leur biecosseu aux escargots. Miam Miam miam. Comme on le dit chez nous, ‘’si tu n’as pas goutté, tu ne peux pas comprendre’’. Après les rituels de Nanan Ada Kouassi Haudy Marcel chef de terre du village d’Ery-Makouguié 1, les discours peuvent commencer. Se succèdent sur le podium le porte-parole du chef de village, les autorités Ivoiriennes invitées, et les portes paroles de certaines associations de la région.  Après les discours, le chef du village va servir d’abord aux mânes des ancêtres les premières boules de foufou faites à l’huile rouge. Une façon de les faire participer à la fête. Ensuite, ce sont les autorités invitées qui sont servies. A partir de ce moment, les populations peuvent consommer en toute légalité la nouvelle igname. Le jour de la fête des ignames en général le foufou à l’huile rouge est le plat commun. Je ne sais pas si cela est dû à la coutume ou les populations le font par préférence.

aboussouan-transport-et-tripafrique-annoncent-un-partenariat-strategique-situation-geographique-dagboville-source-cecb-ci-org

Ce jour est également un jour de partage entre les familles, les concessions. On sert toujours une partie des plats pour les voisins ou les membres de familles. On réserve également de la nourriture pour l’étranger qui venait à passer. Il faut rappeler que le peuple Abbey est très hospitalier. Mes amis et moi avions dégusté des plats dans des concessions où nous ne connaissons personne. Le plat nous a été offert et nous avons été presque forcé de consommer lorsqu’ils ont su que nous étions des touristes. Nous avons bu, mangé, rigolé, et entendu surtout la tradition orale dans le pays Abbey. Mais franchement, je n’ai pas regretté d’avoir été presque forcé à manger.

Si vous avez des vacances sur Abidjan vers juin-juillet, n’oubliez pas de prendre part à ces festivités. Très intéressant. Chapeau au chef de canton Nanan Ada Kouassi Haudy Marcel et aux populations des différents villages pour l’organisation réussie.

Aboussouan Transport et Tripafrique annoncent un partenariat stratégique

Aboussouan Transport est spécialisé dans le transport de personnes et de biens dans la région de l’Agnéby. Cette compagnie de cars rallie donc l’Agnéby au reste de la Cote d’Ivoire.

Sa flotte est constituée de cars et de mini cars de 18 places, 20 places et 33 places. La plupart de ces cars sont climatisés. J’ai déjà emprunté les cars Aboussouan à partir de la gare d’Adjamé vers Renault pour me rendre à Agboville en juillet pour la célébration de la fête des ignames. J’ai beaucoup apprécié le confort et le professionnalisme du chauffeur. Végétation dense, plantations industrielles de café -cacao, de palmiers, de fruits… le paysage qui s’offre durant le voyage est relaxant.

aboussouan-transport-et-tripafrique-annoncent-un-partenariat-strategique-les-chefs-de-village-lors-devenements-politiques-a-agboville-source-abidjan-net

Vu le sérieux de la compagnie de cars Aboussouan Transport, Tripafrique s’est rapprochée d’elle en vue de la signature d’un partenariat stratégique. Cette compagnie a plusieurs années d’expérience de conduite sur les routes de l’Agnéby. Elle connait les moindres voies et peut donc vous conduire aisément. Par ailleurs, ses mini cars sont toujours propres et bien entretenus. Pour tous vos voyages sur Agboville et alentours, Aboussouan Transport peut vous y conduire. Vous pouvez acheter vos tickets via Tripafrique, ou faire la location de car Aboussouan Transport si vous y allez en convoi, en groupe.

Grâce à son partenariat avec Aboussouan Transport, vous pouvez réserver et acheter votre ticket en ligne en toute sérénité. Le jour du départ, hop vous sautez dans votre taxi et foncez tout droit à la gare. Parfois à partir de Treichville, ils ont des cars. Contactez Tripafrique votre partenaire, il vous informera mieux.

Conclusion

De la gare de cars (marché d’Adjamé) à la gare Renault où se trouvent la plupart des cars allant vers Agboville, c’est franchement loin. Et même lorsque vous prenez le taxi, avec les embouteillages monstres dans cette zone, ce n’est pas évident. Alors que diriez-vous de programmer votre voyage sur Agboville à partir du confort de votre lit ou de votre sofa. C’est tentant non, eh bien Tripafrique y a pensé pour vous. De votre retour d’Agboville, n’oubliez pas de nous raconter votre voyage, ou nous parler d’autres fêtes culturelles dans cette région.

Crédit image : youtube.comnews.abidjan.net

Man : Découverte Tripafrique

Man, nous y revoilà grâce à la découverte Tripafrique sur Man.  Aujourd’hui, nous laisserons de côté les sites populaires touristiques de Man tels que : la dent de Man, les cascades de Man, le Mont Tonkpi, le pont de liane… Nous parlerons d’un autre type de tourisme ; de tourisme culturel, de folklore, d’artisanat. Depuis longtemps, la région de Man est le porte-drapeau du tourisme en Côte d’Ivoire. Ici, vous découvrez la culture des peuples Dan dans toute ses expressions.

Guéhéva, le festival des masques de Man

Guéhéva, avez-vous déjà entendu parlé ? Non, réveillez-vous, c’est le grand festival des masques de Man. Je ne vous dis pas. Rien de plus intéressant que ces acrobaties, présentations et défilés de masques. C’est vraiment du folklore et c’est aussi instructif car ça vous permet de connaitre les différents masques dans la région de l’ouest, les rôles sociaux culturels que jouent chaque masque. Il vous permet aussi de connaitre les moments de la sortie de chaque masque, leurs lois et interdictions. Il se tient d’au mois de Novembre. Ce festival avait été suspendu entre 2002 et 2011 à cause de la crise et de l’insécurité dans l’Ouest. Mais maintenant il a été rouvert au grand bonheur des populations. Le   Guéhéva a repris ses droits depuis 2011. Et nous vous embarquons dans ce folklore. Let’s go

Au cours du festival de danse, vous avez une succession de masques les uns comiques, les autres effrayants, les autres encore taquins.

Durant ce festival, étaient également invités et présents certains masques de la Guinée, les tambours du Burundi, une représentation des peuples Dogons du Mali, ainsi que des masques du Liberia voisin.

man-decouverte-tripafrique-masque-echassier-yacouba-source-mantongouine-free-fr

Dans l’ouest montagneux de la Côte d’Ivoire regroupe les peuples Dan, les peuples Krou et ceux de Touba.  Des chercheurs ont dénombré une quinzaine de masques et de marionnettes dans la culture de l’ouest Ivoirien. Ces peuples accordent beaucoup d’importances aux masques, à leurs danses et à leurs messages. La culture des masques est une croyance qui s’est développée au fil des siècles. Le non-respect des masques est considéré comme un grave manquement aux lois et traditions passibles de sanctions.

Le masque incarne un esprit mythique. Ils sortent à des occasions précises. Certains sont des masques funéraires. Ils ne font leur sortie qu’aux cours des cérémonies de deuil. Par leurs messages, leurs danses, ils sont supposés traduire, les messages de l’eau delà aux vivants. Parfois les messages concernent le défunt ou les membres de sa famille. Parfois le message est général et peut concerner des évènements prochains dans le village. Les masques peuvent également être des amuseurs publics comme les masques échassiers. Ils dansent, font des acrobaties sur les places publiques ou les jours de marché. Il est rare des cérémonies sans apparition de masques à Man.

L’artisanat local

L’artisanat à Man n’est pas en reste. Qui ne connait pas les boubous Yacouba. Les Gbahoueu sont les boubous traditionnels Yacouba.  Symbole d’esthétique, ils ont pu s’imposer dans l’artisanat en Côte d’Ivoire. Jadis ils étaient confectionnés et portés au cours des grandes cérémonies. Mais avec la modernité et les échanges commerciaux entre les peuples, les boubous Yacouba sont des sources de revenus. Plusieurs commerçants achètent et revendent partout en Côte d’Ivoire et même à l’extérieur ces beaux boubous. En plus ils sont de très bonnes qualités. N’oubliez pas de vous en procurer avant de quitter Man la montagneuse.

man-decouverte-tripafrique-boubou-yacouba-de-man-source-gonetitouristesetarts-centerblog-net

La sculpture à Man

On le sait, les peuples Dan sont de grands sculpteurs. Ils maitrisent parfaitement cet art. C’est un métier qui est fait par les hommes. A titre d’exemple, les masques, œuvres d’art de cette région sont beaucoup appréciés. Vous trouverez à Man et dans les villages alentours des ateliers pour vous fabriquer à moindre cout des masques de décorations, de belles sculptures, des awalés et divers objets de décorations en bois. Prenez-en je vous le dis car à Abidjan c’est beaucoup plus cher.

La poterie à Man

Elle est essentiellement faite par les femmes. Sous leurs doigts habiles, l’argile se transforme. Ce qui n’était qu’une sorte de terre devient un pot majestueux en terre cuite. De l’argile, ces braves femmes vous font ressortir des très beaux objets de décorations. Ou encore (j’en ai acheté pour ma cuisine) des assiettes en terre cuites, des casseroles… Ces assiettes sont agréables pour manger des plats de chez nous (le placali à la sauce kopê, les sauces claires au machoirons.). C’est assez original et ça change de l’ordinaire. 

Les singes sacrés de Man

La forêt de Gbêpleu à 3 km du centre-ville abrite les singes sacrés de Man. Ces derniers sont protégés. Ils attirent également de nombreux touristes. Pourtant il n’est pas Rare de les voir en pleine ville, amuser les passants. Tantôt ils jouent avec des enfants ou quémandent de la nourriture, tantôt ils se baladent dans les marchés ou autres lieux publics. Ici, les singes sont considérés comme des compagnons

Le parc national du mont Sangbé

man-decouverte-tripafrique-parc-national-du-mont-sangbe-a-man-source-visitecotedivoire-com

Si vous êtes à Man, passez au parc national du mont Sangbé. Cette forêt dense a été transformé en parc naturel en 1975 permettant ainsi sa protection contre les braconniers et la déforestation. Le parc national du mont Sangbé s’étend sur 95 00 hectares et est composé de 14 sommets de plus de 1000 mètres.  Il est au nord de Man et à l’ouest du fleuve Sassandra. Sa faune regroupe plusieurs types d’animaux. On a les antilopes, les buffles, les singes, les éléphants… Il faut dire que Man était aussi célèbre dans l’exportation des ivoires vers l’extérieur. Mais depuis, l’exploitation d’ivoire a été interdite.

Man : découverte Tripafrique

Man se trouve à environ 570 km d’Abidjan. En cars, vous avez 7 H de routes. Si j’ajoute le contrôle des polices de la route, on va dire 7h30-8H de route. Mais rassurez-vous, le paysage est si beau et les cars si confortables que vous ne sentirez pas du tout ce trajet.

A travers Tripafrique, faites votre réservation en ligne.  Tripafrique est une société de vente de tickets de transport en ligne. Elle est présente partout en Côte d’Ivoire et son siège est situé à Abidjan. Elle a parfois des promotions qui vous permettent d’acheter des tickets à des prix moindres que ceux vendus dans les gares. C’est une société également très professionnelle et affiliée à la grande majorité des cars de transports en Côte d’ivoire. Quelques minutes après avoir payé votre ticket, Tripafrique vous fait parvenir un sms de confirmation ou un email. Vous devez par prudence imprimer l’email ou le garder sur votre téléphone pour le présentez à l’embarquement du bus. En général vous avez les gares sur Adjamé et Treichville. Tripafrique vous donnera tous les détails à votre appel. Pas besoin de passer des heures d’attente dans une gare. Le temps c’est de l’argent.

man-decouverte-tripafrique-trajet-abidjan-man-source-google-ci

Durant le voyage à partir d’Abidjan, vous aurez à passer par les villes de Yamoussoukro, Bouaké, Daloa, Le carrefours de Guessabo, Duékoué, Bangolo, Logoualé et enfin Man. Soyez prêt à travers ce voyage à découvrir une succession de différents paysages. Au centre (Yamoussoukro et Bouaflé), c’est la savane. Mais à partir de Daloa, c’est une végétation et un relief assez différents, des forêts denses, des collines, des montagnes. Bref très beau paysage. Je parie que vous y êtes allé une fois au passage. Mais vous n’avez pas pris le temps d’admirer la beauté de ce paysage sublime. Pas grave, TripAfrique vous le fait redécouvrir.

Conclusion

La ville de man est superbe pour les balades.  Vous ne finirez pas de visiter Man en 2 ou 3 jours. C’est impossible. Prenez quelques jours une semaine en moyenne et partez pour Man. Climat doux et frais, forêt dense, et sauvage ; vous direz adieu au stress. Cette visite touristique vous permettra également de vous ressourcer, de découvrir le beau dans la nature et les cultures des peuples y vivants.

Hormis les sites touristiques, j’ai beaucoup aimé les boubous Yacouba et les poteries de Man fabriqués artisanalement. J’ai hâte de vous lire pour connaitre vos impressions. Ai-je eu raison de vous fait faire ce tour ?

Crédit image : youtube.comyoutube.comcotedivoiretourisme.ci

Train Afrique : Comparaison des modes de transport

Aujourd’hui, en pensant au train Afrique, quelle comparaison pouvons-nous faire des modes de transport. Dans certains pays de l’Afrique, le bus et le train Afrique sont les modes de transport préférés. Pendant longtemps les pays d’Afrique subsaharienne ont été habitués au bus communément appelés ‘’car ‘’ dans le jargon Ivoirien. TripAfrique dans cet article lève le voile sur la comparaison entre les modes de transport en Afrique.

Le transport ferroviaire

Origine du train Afrique

Le transport ferroviaire existait depuis longtemps, depuis les temps coloniaux dans les pays Africains. Pendant la colonisation, plusieurs chemins de fer ont été construits par les peuples colonisés à la demande des maitres colons. Ces rails avaient pour objectif de relier les zones enclavées des zones donnant sur l’océan. Ainsi les cultures récoltées étaient transportées par train vers les ports pour leur exportation en Europe. Mais après les indépendances, les chemins de fer ont graduellement perdu de leur affluence. Cela est dû au fait que ces trains n’étaient pas assez confortables, rapides, sécurisants pour le transport des personnes. Les trains servent beaucoup plus aux transports des marchandises.

La place du train Afrique dans le déplacement des populations

Question qualité de voyage, il est dépendant des zones et les trains vont généralement de 50 à plus de 1000 places pour les personnes. Concernant les zones de l’ouest et du centre de l’Afrique, bien que possédant quelques voies ferrées, elles ne peuvent pas véritablement promettre un quelconque confort à leurs voyageurs. Comme je l’ai dit plus haut, une première raison en est que les trains sont vieux. Et bien sûr le trajet devient plus long qu’il ne l’était puisque l’état des trains ne leur permet pas d’aller plus vite. Une seconde raison est que les trains, surtout en Afrique occidentale sont plus dévolus au transport de marchandises, même si quelques uns transportent des personnes. Rassurez-vous, TripAfrique sélectionne pour vous les meilleurs parmi ceux qui transportent des voyageurs.

train-afrique-un-billet-pour-le-sud-de-lafrique

Le TGV, un espoir pour les populations

Avec l’arrivée des TGV en Afrique Subsaharienne, le transport ferroviaire présente un tout autre visage. Alors pas d’inquiétudes. Les TGV, ce n’est plus seulement en Europe ou en Amérique. Avec la révolution dans les années 2000, le train version TGV a fait son entrée dans quelques pays d’Afrique Subsaharienne. C’est le cas du Nigeria. Désormais à partir du Nigeria tout comme à l’intérieur du pays, vous pouvez vous déplacer en TGV. N’est-ce-pas beau ?

On souhaite également en tant que population de l’Afrique de l’Ouest que le TGV fasse aussi son apparition très bientôt en Côte d’Ivoire, au Sénégal, au Mali… Cela renforcera les échanges inter communautaires UEMOA qui sont en difficulté à cause des problèmes de déplacement. Pour faire de beaux voyages en train en Afrique, confiez-vous à TripAfrique. Choisissez la compagnie ferroviaire qui vous fera rêver dans le paysage africain et réservez sur cette plateforme.

train-afrique-1er-tgv-au-nigeria

Qu’en est-il du transport routier ?

La construction de nouvelles routes attrayantes

Le transport routier est sans discussion le réseau le plus utilisé en Afrique subsaharienne. En effet, les bus sont beaucoup plus utilisés que les trains, les avions ou les bateaux. A côté de ces transports en grand nombre, vous avez également les taxis, et autres. De plus en plus, le réseau routier qui était assez dégradant est de mieux en mieux entretenu. Vous avez également la construction de nouvelles autoroutes, de nouveaux ponts et autres voies. L’émergence, c’est aussi le développement des infrastructures routières ; n’est-ce pas ? Et pour le plaisir des voyageurs, l’Afrique connait cette émergence avec la construction de nouvelles routes, grandes et belles.

De mon expérience, je n’aimais pas beaucoup me déplacer à l’intérieur du pays pour plusieurs raisons. La première est qu’après Yamoussoukro, bonjour les nids de poule, les voies exiguës, bonjour aussi les coupeurs de routes. Nos routes n’étaient pas du tout sécurisées en plus des multiples arrêts dans les barrages depuis 1999 (année du premier coup d’état en Côte d’Ivoire). Il y’a également le fait que peu d’hôtels existaient à l’intérieur du pays. Et ceux qui étaient confortables étaient couteux. Cependant de plus en plus voyager en bus devient agréable. Avec la politique de la reconstruction des autoroutes et grandes voies. On se sent plus en confiance de se déplacer en bus. C’est déjà super car en Afrique nous connaissons une floraison de routes. Voyez par vous-même cette belle autoroute du Nord de la Côte d’Ivoire ! Imaginez vous assis dans un bus, à traverser ces kilomètres de bitumes, sans sentir la moindre secousse, à admirer les belles vues qui s’offrent à vous !

train-afrique-autoroute-du-nord-cote-divoire

L’insécurité sur nos routes

L’insécurité sur nos routes est l’un des principaux problèmes au déplacement par voie routière. Le phénomène des coupeurs de route (des braqueurs) a amplifié à la fin de la crise en 2011. Ainsi nuitamment, les cars ou bus sur les voies sont forcés de s’arrêter, soit par une embuscade ou tout autre moyen. Les malfrats montent armés à bord du bus et dépouillent les pauvres passagers. D’autres sont parfois tués. Ceci est une vraie crise pour le tourisme en Côte d’Ivoire, et dans les différents déplacements entre les grandes villes du pays.

 Le Gouvernement et les forces de l’ordre doivent prendre des mesures afin de mettre fin au grand banditisme qui règne sur nos voies. Les coupeurs de route sont un véritable cauchemar pour les voyageurs de nuit.

Les bus sont ils confortables ?

Il existe pour vos voyages de nombreuses compagnies de transport telles qu’UTB, FFA transport pour ne citer que celles-ci en Côte-d’Ivoire, et vous devez trouver celle qui vous offrira confort et sécurité.

J’ai voyagé plusieurs fois en bus principalement avec les cars UTB quand j’étais étudiante à Bouaké. Voyager en bus en Côte d’Ivoire est très confortable et je vous le conseille plutôt dans la journée. En principe d’Abidjan à Yamoussoukro, c’est environ 3 heures de route, et sur Bouaké, 4H. Les cars sont climatisés, la nourriture et la boisson sont vendus à bord. Par ailleurs vous avez de la bonne musique ou des films qui sont joués à bord du car. Les cars sont également propres, bien entretenus. Je vous conseille cher lecteur, les grands bus, style UTB et autres. Des compagnies de cars sérieuses. En effet le voyage étant un peu long, il est plus confortable de voyager dans les grands cars que de prendre des minibus. Les minibus sont plutôt intéressants pour les petites distances et les voies nationales. Or l’autoroute du Nord est internationale, avec de gros camions d’hydrocarbures, des grumiers… bref ce n’est pas prudent de prendre des mini bus.

train-afrique-differents-types-dautobus-utb

Mais que choisir entre le bus et le train ?

Choix difficile à faire ! Nous vous conseillons de choisir selon vos gouts et vos envies. Je ne vais pas vous le cacher, si les TGV font leur apparition dans tous les pays Africains, je préfère me déplacer en TGV. Mais en l’état actuel des choses, moi je préfère le bus.

Mais si vous êtes passionnés de nouvelles rencontres, aimez les longs voyages, voulez connaitre le fonctionnement des trains, n’hésitez pas à opter pour les rails. Tout compte fait, que se soit à bord du bus ou du train, le magnifique décor de l’Afrique vous émerveillera. Cependant, peu importe le moyen de transport que vous aurez choisi, TripAfrique est là pour la réservation en ligne de vos tickets.

Lorsque vous vous adressez à TripAfrique, ça devient un problème de moins. TripAfrique sélectionne pour vous les meilleures compagnies de transport en Afrique et les met à votre disposition. Là le choix devient plus facile car tous les partenaires de TripAfrique promettent confort et sécurité à leurs passagers.

Les autres modes de transport

L’avion

train-afrique-vol-inaugural-air-ivoire-sur-korhogo

L’avion est utilisé par les populations Africaines surtout subsahariennes lorsqu’elles se déplacent d’un pays (éloigné) à un autre. Certes, il est plus rapide, plus sécurisant, mais le facteur ‘’finances’’ joue beaucoup contre les transports aériens en Afrique. Nous avons des petits aéroports dans les grandes villes en Côte d’Ivoire, mais très peu de personnes empruntent leurs vols. En général ce sont les hommes d’état, les directeurs des sociétés, les richissimes hommes d’affaires qui empruntent leurs vols. Il y’a aussi le fait que beaucoup de personnes dans nos populations sont illettrées et voient l’avion comme ‘’ un truc de blanc’’ avec trop de papier à remplir alors qu’ils savent à peine écrire leurs noms. En tout cas, moi je préfère voyager en avion, c’est trop top !! en un clin d’œil vous êtes d’Abidjan à Yamoussoukro. Et vous n’entendez plus les ‘’tantie, il y’a de l’eau’’ des vendeurs ambulants d’eau glacée aux abords des gares et des arrêts. Je vous le recommande vivement, apprenez à voyager en avion même à l’intérieur du pays. C’est un autre esprit, une autre qualité de vie. Je le répète, c’est trop top. Dans le jargon Ivoirien, on dira ‘’ c’est trop doux’’.

Les bateaux

Nous avons plusieurs types de bateaux qui naviguent dans nos eaux. Les bateaux sont plus utilisés pour le transport des marchandises à cause de la lenteur. Mais c’est assez sécurisant de voyager en bateau. En Côte d’Ivoire, avec les études et les aménagements des plans d’eau lagunaire et fluvial, le déplacement en bateau à l’intérieur du pays va s’accroitre. On annonce d’ailleurs l’introduction de sociétés concurrentes à la SOTRA (Société des Transports des Abidjanais). Cette concurrence va donner un nouveau souffle à ce type de déplacement en Côte d’Ivoire.

TripAfrique, réservation de tickets en ligne

train-afrique-reservation-en-ligne-de-tickets

Que ce soit par air, par eau, par voies routières ou ferrées, premier réflexe, jetez un coup d’œil sur TripAfrique si vous projetez de voyager. En effet avec cette plateforme, vous pouvez comparer les prix des tickets, réservez et payez sur la plateforme. TripAfrique, c’est du sérieux, du professionnalisme et vous êtes remboursés en cas de problèmes résultants de leur faute.

Conclusion

Le train Afrique, bien que pas très développé vous garantit des voyages que vous n’oublierez pas de si tôt car cela vous fera une découverte. Vous aurez rencontré de nouvelles personnes et un superbe paysage. On dira un autre genre de safari. Les voyages en bus sont tout aussi confortables et peut être même plus. Mais comme nous l’avons dit, à chacun ses gouts et convenance. Pour notre part, nous vous demandons de faire un clic sur tripafrique.com et votre voyage est bouclé !

Crédit images : news.educarriere.ci, youtube.com, panafricain.tv, infopresse.net, ads.weblogy.net,abidjan.netnews.abidjan.net

Sinfra, ville Gouro : découverte TripAfrique

Quand on parle de ville Gouro en générale, beaucoup de personnes voient la ville de Bouaflé et non pas Sinfra. Pourquoi Bouaflé à cause bien sûr de son fameux masque zahouli. Et pourtant Sinfra compte aussi beaucoup d’attractions touristiques méconnues par la plupart des ivoiriens. On y trouve des danses traditionnelles, des tenues vestimentaires et les lieux sacrés. C’est donc pour rétablir l’équilibre entre ces villes Gouros que TripAfrique a choisi de vous présenter la ville de Sinfra. Grâce à ses investigations dans ce département, TripAfrique vous fait voyager dans l’univers d’un peuple chaleureux, le peuple Gouro.

Présentation de la ville de Sinfra : découverte TripAfrique

sinfra-decouverte-tripafrique-sinfra-region-de-la-marahoue

Sinfra est l’une des grandes villes parmi les trois que compte la région de la marahoué. Le département de Sinfra est situé à 320 km d’Abidjan en passant par Yamoussoukro et 340 km via Gagnoa. Localisé dans le Centre-Ouest de la Côte d’Ivoire, le département de Sinfra couvre une superficie de 1618 km2. Il est composé de différentes tribus que sont : les Sian, Nanan, Bindin, Vinan, N’goye et Progouri. C’est donc la déformation du nom Sian fla c’est à dire village des Sian qui a donné le nom Sinfra.

Il est limité au Sud par la région du Gôh anciennement région du fromager. Au Nord nous avons la région du Béré et à l’Est les régions du Gbêkê et du Bélier. A l’Ouest il débouche sur la région du Haut-Sassandra. Le département de Sinfra compte 170 015 habitants selon le recensement général de la population et de l’habitat (RGPH) de 2014. La ville est peuplée d’autochtones Gouro et d’allochtones Baoulé, Dioula et autres ethnies ivoiriennes.

A côté des nationaux nous avons les allogènes composés de communautés tels que les maliens, burkinabé, guinéens et les nigériens. Sinfra est donc une ville cosmopolite qu’il est bon de visiter pour voir comment vivre toutes ces populations. Pour cela vous n’avez qu’à acheter votre ticket sur le site en ligne de TripAfrique. Mais en réalité qu’est-ce qui pourrait vous attirer vers cette région et plus particulièrement vers cette ville ? Voyons à présent les différentes curiosités de Sinfra.

Quelques curiosités touristiques de Sinfra

sinfra-decouverte-tripafrique-tenue-traditionnelle-gouro

Sinfra comme la plupart des grandes villes de la Côte d’Ivoire, est accessible par voie terrestre. Au plan culturel et touristique, il n’y a pas mal de choses à voir. Parmi elles nous avons les différentes danses traditionnelles et les tenues vestimentaires. A cela s’ajoute une diversité d’arbres et une multitude de faunes sauvages. En effet visiter Sinfra, c’est se donner l’opportunité de voir des danses et les tenues vestimentaires du terroir Gouro.

C’est aussi profiter de l’abondance de faune et flore pour y faire du safari.

Les danses et tenues traditionnelles

Le peuple Gouro est un peuple beaucoup travailleur. Mais en dehors des périodes de durs labeurs aux champs, il ne se prive pas de divertissement. Chez les Gouros en général et ceux du département de Sinfra en particulier, il y a plusieurs danses. Nous avons la danse guerrière appelée Gouligali soutenue par certains instruments traditionnels. Au nombre de ceux-ci, nous avons le tam-tam parleur appelé laagô en gouro et le Vla, une flûte traditionnelle.

Parmi ces différents instruments, le tam-tam parleur renferme une particularité. En effet c’est lui qui annonce les évènements heureux et malheureux. Il est battu pour louer la bravoure d’un chasseur, pour célébrer une victoire guerrière ou pour annoncer un décès particulier. En dehors du Gouligali, vous pourrez voir les danses de réjouissances telles que le Gaou, le Blyo et le zallo. Voici une danse de la région de la marahoué exécutée par le masque zaouli.

En revanche vous ne pourrez pas voir le Djè qui est une danse sacrée interdite aux femmes et aux non-initiés.

On ne pourrait pas parler de danses traditionnelles sans faire allusion aux tenues vestimentaires. Le gouro de Sinfra se distingue au point de vu vestimentaire par son pagne traditionnel appelé Kamadjè. C’est un pagne artisanal tissé. Nous avons le Nagafiani qui est un pagne offert comme dote pour les mariages grandioses en pays gouro.

Le parc de la marahoué réserve de faune et de flore.

Pour tous ceux qui aiment la nature dans sa diversité, le département de Sinfra renferme d’énormes potentialités. Au niveau de la flore, vous pouvez voir des essences telles que le samba, le fromager et l’iroko. Pour les amateurs de safari, vous y trouverez les éléphants, les hippopotames, les buffles et les chimpanzés sur votre chemin. Maintenant qu’il n y a plus d’interdiction de la consommation de gibiers, vous pourrez en gouter. En effet visiter Sinfra c’est gouter aussi au gibier appelé communément la viande de brousse. Imaginez-vous un bon plat de riz local avec la viande d’aulacodes ? beaucoup d’entre vous dirons qu’ils ne connaissent pas cet animal. Eh bien ce n’est rien d’autre que votre fameux agouti.

sinfra-decouverte-tripafrique-parc-de-la-marahoue

Conclusion

Retenons que Sinfra regorge d’énormes potentialités touristiques et si vous voyez qu’il est peuplé c’est parce qu’il est riche. TripAfrique a tenu à vous exposer quelques-unes de ces richesses pour vous amener à visiter Sinfra. La liste des attractions n’est pas exhaustive et beaucoup reste à découvrir. Alors ne perdez plus le temps dans des tergiversations prenez votre ticket sur le site de TripAfrique et lancez-vous.

Vous aimez cet article ? N’hésitez pas à laisser un commentaire, merci.

Crédits images : abidjan.net , books.openedition.org , youtube.com , oipr.ci

BSC et TripAfrique annoncent un partenariat stratégique

Finis les relations d’affaires approximatives, BSC opte pour un véritable partenariat stratégique avec TripAfrique, un partenariat sur du long terme. Pas besoin de réinventer la roue, avec TripAfrique ça a marché pour les autres donc pourquoi BSC ? L’orientation commerciale d’une entreprise dépend de la volonté et la vision de ses dirigeants. Et comme le dit si bien un adage populaire «qui n’avance pas recule ». Choisir d’avancer, c’est opter pour des stratégies commerciales plus agressives et payantes en terme de rentabilité.

Qui est BSC et quels sont les avantages d’un tel partenariat avec TripAfrique ?

Présentation de la compagnie BSC

Badou Service Compagnie en abrégée BSC, est avant tout une société de transport routier des personnes et des marchandises. Elle a son siège à Abidjan plus précisément dans la commune de Yopougon. Yopougon est un quartier densément peuplé et les activités commerciales y vont bon train. Le choix de BSC est donc judicieux vu qu’elle exerce aussi dans les domaines de la construction. A cela s’ajoute l’exploitation de fonds de commerce, de diverses opérations commerciales, financières, immobilières ou mobilières.

BSC dispose d’une flotte d’autobus de 40 à 50 places pour la plupart climatisés. Elle a décidé de desservir à fréquence régulière, les villes de Bouaké, Bondoukou ; Issia et Guibéroua. A présent voyons la couverture géographique de la société Badou Service Compagnie.

Couverture géographique de la société BSC

bsc-badou-service-compagnie-et-tripafrique-annoncent-un-partenariat-strategique-villes-desservies

Après de nombreuses études menées sur le terrain, la société BSC a orienté son activité vers certaines villes de l’intérieur. En effet pour rentabiliser son activité en matière de transport routier, il vaudrait mieux connaitre les besoins de sa cible. Ça ne sert à rien de créer une société de transport dans une ville où les gens sont beaucoup sédentaires. Ou s’implanter dans une ville où les vélos et motos sont les moyens de déplacements préférés des populations. C’est pour ces diverses raisons que BSC a choisi les villes d’Abidjan, Bouaké, Bondoukou, Guibéroua et Issia.

Abidjan est une ville qui n’est plus à présenter. La plupart des opérateurs économiques savent qu’installer une affaire à Abidjan a de forte chance de réussir. En effet elle regorge d’énorme potentialité en matière d’infrastructures de tout genre. La ville de Bouaké a certaine similitude avec la ville d’Abidjan mais elle est beaucoup plus commerciale. Quant à la ville de Bondoukou, c’est une cible de choix.

Elle est située au nord-est de la Côte d’Ivoire, dans la région du Gontougou. C’est le chef-lieu de région et elle compte environ 78.000 habitants. C’est une ville chargée d’histoire et donc très touristique. Elle est aussi frontalière au Ghana. De cette position géographique, Bondoukou bénéficie d’un fort trafic routier des personnes et des biens allant d’un pays vers l’autre.

Le choix d’Issia est stratégique en ce sens qu’Issia est proche des villes comme Gagnoa, Vavoua et Daloa. Ce sont toutes de grandes villes agricoles et aussi commerciales. Pour celui qui connait bien l’axe Gagnoa Issia, saura qu’à l’approche d’Issia se trouve la petite ville de Guibéroua. Alors si vous avez un voyage dans cette région ne perdez plus le temps dans les gares routières. Faites votre réservation ou achetez directement votre ticket en ligne grâce à TripAfrique.

Quels sont avantages du partenariat BSC et TripAfrique ?

bsc-badou-service-compagnie-et-tripafrique-annoncent-un-partenariat-strategique-autobus-confortable

Les avantages du partenariat TripAfrique BSC sont multiples et profitables pour la clientèle. En effet le premier souci des voyageurs c’est le confort, la rapidité et la ponctualité de la compagnie de transport. Sur ce plan TripAfrique est là pour rassurer sur la qualité de la flotte de BSC et son confort. Pour ce qui est des autres aspects, TripAfrique grâce à sa plateforme en ligne a tout simplifié.

Les offres de TripAfrique :

TripAfrique a mis en place des moyens modernes de communication pour satisfaire à la demande de la clientèle. Nous avons à cet effet un site web bien conçu et facile d’utilisation avec des  informations sur les destinations. Par exemple vous avez pour une ville donnée, ses sites ou attractions touristiques. Si vous êtes novices dans cette ville vous sauriez grâce au site en ligne, vous orientez sans difficulté. En outre vous pourriez y  acheter vos tickets et éviter par la même beaucoup de tracasserie liées à nos gares routières.

En conclusion, il faut retenir qu’il n y a que des avantages dans ce partenariat. Ces avantages permettent à la BSC d’améliorer son rendement et d’être plus compétitive et de résister à la concurrence. Pour la clientèle c’est plus d’accessibilité à leur compagnie de transport par les nouvelles technologies. Ce sont aussi des informations que donne TripAfrique sur ce site en ligne pour éviter les pièges racoleurs et arnaqueurs. Vous pouvez acheter des tickets pour vos proches et leur envoyer par sms ou par mail. Ça ne coûte rien d’essayer voici le lien.

Crédit images : dauphinealumni.ma ; lahistoriaconmapas.com , flickriver.com

Apache Transport et TripAfrique annoncent un partenariat stratégique

Entrez dans la profondeur de la Côte d’Ivoire et appréciez ses potentialités ! TripAfrique et Apache transport annoncent un partenariat stratégique. C’est donc une occasion à saisir pour vous rendre dans les villes suivantes : Daloa, Guiglo, Bloléquin, Toulepleu, Duékoué, Goitafla, et au sud dans les villes de Grand-Lahou Yocoboué et Jacqueville. Elles vous attendent, parées de leurs bijoux naturels et traditionnels que sont la nature et la coutume. Coutume à découvrir et nature à observer. TripAfrique vous réserve un voyage agréable avec Apache Transport.

Vous avez des raisons de visiter Bloléquin

Avec TripAfrique et Apache Transport, vous avez des raisons de visiter Bloléquin

On est tous fatigués des trains- trains quotidiens tout au long de la semaine. Harassés par les bruits de klaxons de la grande ville, et surtout on a beaucoup respiré l’air pollué de la capitale. Ici à Bloléquin, vous allez refaire le plein d’énergie positive. Cette zone sauvage et indomptable, entourée de forêts si denses que les rayons de soleil pénètrent à peine. Vous pouvez visiter à Bloléquin le fleuve Cavally. Ce fleuve prend sa source en Guinée (pays voisin) dans le Mont Nimba et se jette dans le golfe de Guinée. Il a une longueur de 515 KM. Il traverse la Côte d’Ivoire et s’étend jusqu’au Liberia. Il est d’ailleurs le plus long fleuve du Liberia. On a tous étudié le fleuve Cavally l’un des plus importants fleuves en Côte d’Ivoire. Allez-y à Bloléquin constater par vous-même la beauté de ce cours d’eau et son importance dans la région. En 2014, un traité a été signé entre le gouvernement Ivoirien et la compagnie Eranove pour la construction de deux barrages hydroélectriques sur le Cavally. Ceci fera de la Côte d’Ivoire le hub énergétique régional.

apache-transport-et-tripafrique-annoncent-un-partenariat-strategique-chute-du-fleuve-cavally-dans-le-golf-de-guinee-source-cavally-net

Guiglo est aussi desservi par Apache Transport

Guiglo est une ville située à l’ouest de la Côte-D’ivoire, dans la région du moyen Cavally. Vous avez plusieurs sites d’attractions et de fêtes folkloriques. Nous y reviendrons en profondeur dans un autre article.

Le festival des masques à Béoua

Si vous êtes dans la région, pensez à faire un tour à Guiglo pour assister au Festival des Masques, qui se tient dans le village de Béoua. Ce festival est une occasion pour conjurer le mauvais sort sur le village. A ce festival, plusieurs masques des traditions Wê sont présents. Sont également présents des masques de pays voisins ou d’autres régions de la Côte d’Ivoire spécialement invités pour ce festival Nous vous invitons donc à venir voir comment à Guiglo la culture est conservée.

Le parc national de Tai

Le parc national de Tai est situé entre quatre villes que sont Guiglo, Soubré, San Pedro et Tabou. Cette forêt primaire d’Afrique a été classée patrimoine mondial de l’UNESCO en 1982. Elle fait également partie des réserves de biosphères. La forêt de Tai conserve des animaux en voie de disparitions. Elle s’étend sur 3 500 Km2. Elle regroupe en son sein des espèces de crapauds en voies de disparition, des hippopotames nains, des éléphants, des panthères, des céphalophes, des zèbres, les varans… Cette forêt dense regroupe également des essences forestières (arbres) rares et qui servent pour les recherches scientifiques et médicales. TripAfrique et Apache Transport vous permettent d’y accéder grâce à leur partenariat.

La région du Cavally n’est pas la seule région que TripAfrique et apache transport se proposent de vous faire visiter, il y a aussi les villes de Grand Lahou et Jacqueville.

apache-transport-et-tripafrique-annoncent-un-partenariat-strategique-les-chimpanzes-du-parc-national-de-tai-source-sunservices-com

Grand Lahou vous est offert par TripAfrique et Apache Transport

Grand-Lahou est une ville située au sud de la Côte d’Ivoire, dans la région des grands ponts. Elle est peuplée en majorité par les Avikam. Bordée par la mer et le fleuve Bandama, Grand-Lahou offre à ses visiteurs un climat agréable. Outre son climat accueillant, Grand-Lahou possède des sites très intéressants. Découvrons-les.

Recouverte d’un sable fin, ombragée de cocotiers et aérée par l’air frais de la mer, la plage de Grand-Lahou a tout pour vous retenir. Vous y passerez de bons moments en famille, entre amis ou même seul.

Le parc national d’Asagny

Asagny est situé dans la sous-préfecture de Grand-Lahou, à l’embouchure du fleuve Bandama. C’est dans cette localité que se trouve le parc. Il regorge de plusieurs espèces animales et florales. Vous y rencontrerez des éléphants, des buffles, des antilopes royales et bien d’autres animaux. A Grand-Lahou vous pourrez aussi voir un autre beau spectacle, c’est le lieu où se rencontrent fleuve, lagune et mer. C’est un phénomène indescriptible qu’il faut absolument voir !

apache-transport-et-tripafrique-annoncent-un-partenariat-strategique-parc-national-dazagny-grand-lahou-source-ifaw-com

Apache Transport et TripAfrique annoncent un partenariat stratégique

Pour un voyage en toute Sécurité dans l’Ouest Ivoirien TripAfrique a sélectionné pour vous une compagnie de transport sérieuse, avec un personnel de qualité. C’est la compagnie Apache Transport. Apache Transport dispose de cars climatisés constitués de 25, 32, 40, 52 et 69 sièges doux et moelleux pour vous assurer un voyage confortable. La collaboration entre TripAfrique et Apache Transport vous donne le loisir de réserver le ticket de votre voyage en ligne. Finis les longues files d’attente au guichet ! Un clic et le tour est joué. Vous n’avez qu’à vous rendre le jour du voyage à la gare 30 minutes avant l’heure du départ. Ce n’est pas tout ! Apache transport toujours en collaboration avec TripAfrique en plus des villes de l’Ouest dessert aussi Grand-Lahou et Jacqueville. Toutes ces villes sont à visiter car elles possèdent toutes des atouts touristiques de taille.

Conclusion

Nous vous invitons donc à venir vous ressourcer dans la splendide nature à travers TripAfrique et son partenaire Apache Transport. Les sites des autres destinations d’apache transport vous attendent aussi ! Apache transport est à votre service.

Avec TripAfrique et son partenaire apache transport, il suffit d’un clic pour vous déplacer de l’ouest montagneux vers les plages du sud de la Côte d’Ivoire. Partager avec nous votre expérience avec TripAfrique et son partenaire !!!

Crédit image : eranove.comyoutube.comcotedivoiretourisme.ci

Grand-Bassam : découverte TripAfrique

Grand-Bassam, le simple fait de prononcer le nom de cette cité balnéaire, vous fait déjà rêver. Vos poumons s’emplissent alors d’air frais et vous êtes bercés par les bruits des vagues qui s’échouent sur la plage. Grand-Bassam ne cessera pas de faire parler d’elle à cause de ses belles plages, ses presqu’iles et ses restaurants exotiques. C’est d’ailleurs à cause de ses sites et attractions touristiques que TripAfrique a choisi de vous la présenter. Allons donc à la découverte de Grand-Bassam avec TripAfrique.

Présentation de la ville de Grand-Bassam

Grand-Bassam fut la première capitale de la Côte d’Ivoire de 1893 à 1900. Elle est située à 43 km à l’Est d’Abidjan. C’est une ville historique qui renferme beaucoup de symboles depuis sa création jusqu’à son développement. On y trouve diverses attractions touristiques telles que les fêtes de générations et les monuments historiques. Grand-Bassam c’est aussi le quartier France considéré comme le siège de la ville historique classé patrimoine de l’UNESCO.

Grand-Bassam est limitée au Nord par la ville Alépé, au Sud par l’océan atlantique. A l’Est se trouve la ville sœur Bonoua et à l’Ouest la commune de Bingerville. Elle est constituée d’autochtones N’zima et Abouré et d’autres populations. Si vous aimez le tourisme ou si vous avez besoin de détente, n’hésitez pas, Grand-Bassam est une destination sûre. Il vous suffit de prendre votre ticket sur en ligne via le site internet et une compagnie comme UTGB s’occupe de vous.

C’est une des rares villes qui réunit autant d’attractions touristiques de qualité. Nous y avons les danses traditionnelles et des monuments historiques. A cela s’ajoute, de belles plages, des réceptifs hôteliers de grand standing, des restaurants aux mets envoutants et exotiques.

Quelques grandes attractions touristiques de Grand-Bassam :

grand-bassam-decouverte-tripafrique-la-fete-de-labissa

Grand-Bassam ne manque pas d’attractions touristiques, elles sont multiples et variées. TripAfrique a choisi de vous présenter les plus populaires et les plus intéressants. Au titre des danses traditionnelles nous avons l’abissa chez le peuple N’zima kôtôkô. L’Abissa est une fête traditionnelle de réjouissance et de célébration en pays N’zima. Les N’zima sont un peuple originaire du Ghana.

L’Abissa signifie en langue N’zima « questionner» et comme nous le savons, la vie est faite de perpétuel questionnement. L’abissa apparait alors comme une école de formation aux règles fondamentales à l’équilibre de la société. Ce sont la démocratie, la justice sociale et le partage. Cette fête de célébration a lieu chaque année entre la fin d’octobre et le début de novembre. Cette année 2016 elle a démarré le 2 novembre avec comme temps fort la sortie du roi en public.

L’apothéose de la célébration a lieu avec la danse. A Cette danse, toutes les communautés y participent. Elle est beaucoup aimée par la jeunesse et c’est véritablement une fête populaire. Tout est réuni ce jour-là pour communier avec la foule et la faire danser. Rien qu’entendre les sons des différents instruments traditionnels, que vous vous mettez à swinguer déjà. Imaginez alors quand l’orchestre se déchainera ? Alors rien à dire venez vivre ces instants magiques de l’abissa au quartier France. Outre l’abissa, les plages et les réceptifs hôteliers méritent d’être visités.

Les plages et leur réceptif hôtelier

grand-bassam-decouverte-tripafrique-la-plage

A Grand-Bassam nous avons de belles plages. C’est un endroit idéal pour les sorties détentes pendant les week-ends. Nous avons les plages d’azzureri, de montoukou et de modeste situé entre la lagune et la mer. Ce sont tous des endroits d’évasion et de repos. A cela s’ajoute les réceptifs hôteliers qui sont des établissements de hauts standings avec piscine.

On y trouve à l’intérieur de certains, des salles de séminaires et de conférences pour des séjours professionnels et touristiques. A côté de ces grands hôtels, il y a des restaurants côtoyant la route Abidjan – Bassam, donnant sur la mer. Pour tous ceux qui sont friands des fruits de mers et des bons mets, faites des escales à ces endroits. Même si vous n’avez pas assez d’argent, il y en a pour toutes les bourses. Vous y avez des bungalows pour vous détendre et passez du bon temps avec votre famille et amis.

Ça ne se raconte pas, ça se vit. Vous y trouverez des menus ordinaires comme du poisson braisé, du poulet rôti etc., mais aussi des mets exotiques. Rien qu’à voir certains mets exposés vous vous lécherez les babines en passant.

Connaissez-vous le quartier colonial appelé quartier France, siège du patrimoine mondial de l’UNESCO ?

Ce qui pourrait vous encourager à visiter Grand-Bassam en plus de ses divers sites, c’est le quartier colonial du nom de quartier France. En effet tout est parti de ce quartier. Il renferme beaucoup d’histoire et rien qu’à voir l’architecture des maisons, vous comprenez le sens de ce nom France. C’est un quartier d’artistes plasticiens et sculpteurs. Vous y découvrirez des anciennes maisons qui ont servi d’administrations et d’habitats aux cadres de l’époque coloniale.

grand-bassam-decouverte-tripafrique-une-rue-du-quartier-france

C’est d’ailleurs pour préserver toute cette richesse culturelle et historique que la ville est érigée patrimoine mondial de l’UNESCO. La date du 1er juillet 2016 devient une date importante et mémorable pour Grand-Bassam et la Côte d’Ivoire. Mais toutes ces belles phrases sonnent comme du charabia aux oreilles d’un bassamois lambda (habitant de Bassam). En effet ce qui compte pour eux et pour les autres c’est l’accessibilité aux belles plages, aux restos et aux mets succulents. Ce qui compte aussi, c’est Grand –Bassam by night.

Pour celui qui connait cette ville la journée, c’est un autre visage qu’elle a la nuit. Certaines rues deviennent des rues barrées une fois la nuit tombée, pour offrir plus d’espaces aux personnes venues spécialement s’amuser. Juste à côté de ces espaces ouverts, il y en a qui sont clos et réservés aux habitués des lounges. Pour vous dire que chacun y trouve son goût à Bassam et personne n’est laissée pour compte. Ces différentes attractions ont développé au fil du temps un tourisme intérieur très important.

Tous les week-ends, ce sont de nombreux visiteurs venus de partout, qui envahissent les restaurants, hôtels et plages de Bassam. Même les évènements malheureux du 13 Mars 2016 n’ont pas suffi pour freiner les ardeurs des visiteurs. Arrêtez de vous faire conter les réalités que vous pouvez vivre vous-même. Faites un seulement un pas en allant sur le site en ligne de TripAfrique. Une fois connectés, vous y trouverez les dernières informations ou si vous voulez les derniers «katas » sur Bassam. Vous aurez le choix entre les compagnies de transport qui desservent la ville et les différents tarifs qu’elles proposent. Avec TripAfrique vous avez la possibilité de comparer les prix proposés par les différentes sociétés de transports.

Conclusion

En somme beaucoup de raison vous conduiront à visiter la ville historique de Grand-Bassam. C’est un véritable « cahier d’un retour à la ville historique» que TripAfrique a rédigé pour vous. L’avantage de cette station balnéaire, c’est qu’elle est toute proche d’Abidjan la capitale économique. Le transport y est très abordable 500F CFA avec n’importe lequel des partenaires de TripAfrique. Il vous suffit de vous connecter à son site en ligne de n’importe où, vous y achèterez votre ticket. Vous aurez un voyage agréable et vous visiterez la ville, découvrirez beaucoup de sites inédits et dégusterez des mets inimaginables.

Crédits images : lifebeyondtourism.org , abissa.ci, lexpress.fr , lepoint.fr   

Tramway Abidjan : la révolution ?

Imaginez-vous à l’intérieur d’un tramway Abidjan à votre sortie de l’aéroport Félix Houphouët Boigny pour la commune d’Abobo. N’est-ce pas une très grande révolution ? Les plus sceptiques diront qu’on peut toujours continuer de rêver jusqu’à ce que cela se réalise. Goethe disait : «Quoi que vous rêviez d’entreprendre, commencez-le. L’audace a du génie, du pouvoir et de la magie  »

La réalisation du troisième en est une illustration parfaite. Abidjan a réellement besoin de diversifier ses moyens de transports et le tramway Abidjan en est une solution innovante et envisageable. Quels sont les avantages d’une telle révolution ?

Qu’est-ce qu’un tramway et quels sont ses avantages ?

Le tramway est un moyen de transport de masses, interurbain ou urbain qui roule sur des rails. C’est tout simplement un train de ville très rapide et régulier dans ses horaires de départ et d’arrivée. Rien n’avoir avec vos trains à pas d’escargot, qui connaissent souvent des déraillements. La particularité de celui réside dans la qualité de ses installations. Il est généralement électrique et il a son propre trajet hors du trafic habituel.

Une étude récente du district d’Abidjan  sur le projet du tramway, a estimée l’investissement à soixante-deux milliards de francs CFA. C’est un projet vraiment très couteux mais justifié. Pour bien fonctionner, le tramway Abidjan a besoin de diverses infrastructures allant des voies ferrées aux réseaux électriques. Il existe plusieurs types de tramways et chacun à sa particularité. Il y en a qui sont reliés aux câbles électriques, par des pantographes et d’autres par des perches.

Il y en a aussi plus esthétiques qui n’utilisent ni les perches ni les pantographes. Leur source d’alimentation est souterraine enfouie dans le sol en dessous des rails. D’autres ont plutôt des générateurs d’électricité internes. Ce sont des batteries ou des groupes électrogènes. TripAfrique vous permet d’avoir plus de détails sur les tramways grâce à ce lien choisi expressément pour vous.

Vous y trouverez les différents types de trams et leur mode de fonctionnement. Installer un réseau de tramway dans une ville comme Abidjan va entrainer beaucoup d’aménagement. En effet en plus des rails qu’il faut construire, il y a les sources d’approvisionnement en électricité qu’il faut prévoir. Et s’il faut relier les communes de Port-Bouet, Plateau, Cocody, Abobo, Yopougon et Bingerville, ce sera un réel bouleversement. En dehors de cela, le tramway a plusieurs avantages à terme. Nous y verrons le volet économique, écologique et touristique.

Tramway Abidjan : les avantages économiques

tramway-abidjan-la-revolution-avantage-economique

Les avantages économiques du tramway sont énormes. C’est vrai qu’introduit le tram en Abidjan est couteux pour l’Etat ivoirien. Mais souvenez-vous de la construction du chemin de fer Abidjan Niger qui s’est malheureusement arrêter à Ouagadougou au Burkina Faso. Combien de fois nos grands-parents ont souffert dans la réalisation de cet ouvrage. Mais aujourd’hui force est de constater qu’en terme de transport terrestre de biens et de marchandises, le train reste inégalable.

Malgré la vétusté des voies ferrées, le transport ferroviaire continue son petit bonhomme de chemin. L’un des gros avantages c’est le transport de masses à des tarifs très bas. Abidjan compte environ six millions d’habitants et les moyens de déplacement ne suffisent plus pour combler le besoin des populations. En plus les embouteillages aux heures de pointes sont devenus insoutenables. Qu’est-ce qui reste à faire d’après vous ?

Bien sûr introduit un moyen de transport révolutionnaire qui viendra embellie le paysage urbain fait de nouveaux ponts et d’échangeurs. Mais aussi joindre l’utile à l’agréable en créant des emplois pour les ivoiriens après les avoir transportés à moindre coût. TripAfrique avec son service d’achat de ticket, facilitera l’accès des populations à leur nouveau moyen de déplacement.

Dans une petite étude comparative effectuée par la compagnie TripAfrique entre le tramway et le bus, certaines observations sont faites. Le tramway Abidjan répond plus à plusieurs exigences de nos sociétés modernes ou en voie de modernisation. D’abord nous avons le transport de masse. Puis le coût abordable de ce type de moyen de déplacement. Ensuite il y a l’accessibilité du tramway à tous, handicap moteur, personne atteinte de cécité et d’autre forme d’invalidité.

Enfin il est écologique et futuriste. En tous ces points le tramway Abidjan a plus d’avantage que le bus même s’il a aussi son rôle à jouer.

Tramway Abidjan : les avantages écologiques

tramway-abidjan-la-revolution-avantage-ecologique

Il y a plusieurs avantages écologiques. D’abord pour notre santé, personne n’ignore les effets néfastes des gaz d’échappement libérés par des véhicules quasiment amortis. L’Etat dépense beaucoup d’argent en recherche et en médicaments pour lutter contre les pathologies respiratoires causés par ces gaz. Le changement climatique dû à la dégradation de la couche d’ozone est le fait de ces gaz On les appelle les gaz à effet de serre.

Avec l’arrivée du tramway ce sera un mauvais souvenir et cet argent pourrait servir ailleurs pour le bonheur des populations. Le tramway n’est pas polluant car il est électrique. A la longue plusieurs personnes ne verront plus l’utilité d’avoir une voiture personnelle, car le tram est plus économique et confortable. Plus rapide et ponctuel aussi. En plus il peut transport beaucoup de personnes dans le même temps.

Tramway Abidjan : les avantages touristiques

Le tramway abidjanais va susciter beaucoup d’engouement à l’instar du troisième pont et des fêtes de lumières de fin d’année. Le tourisme intérieur va connaitre un bond qualitatif. La curiosité de voir ce nouveau moyen de transport confortable, rapide et moins cher va drainer du monde à Abidjan. D’autres activités économiques verront le jour à côté de cette nouvelle attraction touristique.

Jusqu’à preuve du contraire aucun pays en Afrique de l’ouest n’a son tramway. De nombreux touristes viendront des pays voisins pour visiter et constater de visu cette révolution technologique ivoirienne. La Côte d’Ivoire avec sa dynamique dans la voie de l’émergence pourrait créer la surprise comme elle sait le faire. Ce sera un grand pas pour l’Afrique de l’ouest en général et la Côte d’Ivoire en particulier. En plus nos ingénieurs bénéficieront d’une nouvelle formation qu’ils pourront revendre par la suite aux pays voisins.

L’expérience des autobus simples et articulés de la SOTRA

tramway-abidjan-la-revolution-autobus-articule

Souvenez-vous des fameux autobus articulés, ils ont fait les beaux jours du transport urbain abidjanais. Ces véhicules ont insufflé une réelle dynamique au niveau du transport routier. Mais le besoin de mobilité ajouté à la démographie galopante de la capitale, ont fini par les faire disparaitre. Abidjan est en perpétuelle extension à cause du désir des populations de se rapprocher de leur lieu de travail. A cela s’ajoute la volonté des autorités de lui doter de moyens de transports modernes et diversifier.

Conclusion

En somme nous retenons que le tramway est un moyen de transport moderne à envisager dans notre capitale économique. Plusieurs moyens ont été expérimentés par le passé sans grands résultats. Aujourd’hui le parc automobile est vieillissant alors que les besoins des populations sont grandissants. Le tramway Abidjan est une réelle alternative et vous conviendrez avec moi qu’il a plusieurs avantages. En termes de longévité, il vit plus longtemps car c’est un engin fait de métaux lourds et durables. En plus il est seul sur son trajet, donc il n y a ni ralentissement et ni d’embouteillage. Il est écologique et économique.

Crédits images : nycsubway.orgneuillysurseine.fr ; cover.bro-code.com ; bus-planet.com

L'Afrique en un click